/opinion/columnists
Navigation

Marguerite Blais repentante? Pas vraiment...

Quebec
Photo Stevens Leblanc Pourquoi Mme Blais n’avait jamais dénoncé l’incurie des gouvernements dont elle faisait partie ?

Coup d'oeil sur cet article

« Je prends ma part de responsabilité », a affirmé Marguerite Blais hier après-midi. Et pourtant...  

Au-delà de ces quelques mots, on a bien saisi que la ministre des Aînés se décharge davantage qu’elle n’accepte la charge dans la foulée de la tragédie actuelle.   

  • Écoutez les commentaires de Jonathan Trudeau dans l'émission Franchement Dit à QUB Radio:

Dans une tournée d’entrevues accordées la fin de semaine dernière, Mme Blais refusait de faire son mea culpa. Elle invoquait plutôt la responsabilité collective pour justifier l’échec du modèle québécois.   

Or, si la ministre a soudainement osé poser son petit orteil en zone de repentance, c’est assurément parce que le premier ministre et ses conseillers lui ont fortement suggéré, voire même imposé de le faire.   

Savoir s’excuser  

François Legault sait fort pertinemment que les Québécois sont sensibles à l’honnêteté et au sens des responsabilités. Sa capacité à reconnaître ses torts l’a lui-même fort bien servi par le passé.   

S’excuser avec sincérité, c’est se donner la chance de tourner la page et demeurer un interlocuteur crédible. Faute avouée est à moitié pardonnée, dira-t-on.   

Mais Marguerite Blais préfère rejeter le blâme sur les précédents gouvernements, notamment ceux de Jean Charest et de Philippe Couillard, dont elle a fait partie.   

Elle justifie son inaction en clamant qu’elle n’était pas la véritable titulaire du dossier, qu’elle n’avait pas le pouvoir d’agir.   

Alors une question fondamentale s’impose : pourquoi ne pas avoir dénoncé l’incurie de ces gouvernements ? Dans une entrevue accordée au Journal dans la foulée de son départ, en 2015, elle affirmait pourtant être fière de son bilan et n’avoir aucun regret.    

Pourquoi avoir gardé le silence ?   

Responsabilité partagée  

Soyons clairs. La tragédie actuelle est sans précédent et il serait injuste de tout mettre sur les épaules d’une femme qui, avouons-le, n’a toujours eu que de bonnes intentions à l’endroit des aînés.   

Qui plus est, Mme Blais n’a pas tort lorsqu’elle parle d’une responsabilité collective. Tous, nous devons nous regarder le nombril et nous demander pourquoi nous n’avons pas exigé davantage de la part de nos gouvernements.   

Mais comme me le rappelait Gabriel Nadeau-Dubois en entrevue à Qub, il existe un principe fondamental en gouvernance publique, soit celui de la responsabilité ministérielle.    

Ce postulat exige qu’un ministre soit imputable de l’action de son ministère, qu’il en soit directement responsable ou non.   

Il en est de même pour l’inaction. Et en ce sens, l’attitude de Marguerite Blais à l’égard de sa propre responsabilité n’est pas digne.   

Appelée à expliquer sa popularité dans cette même entrevue de 2015, la députée sortante avait alors affirmé ceci : « Je ne veux pas paraître prétentieuse, mais je crois que cela s’explique par le fait que je suis proche des gens. Pour vrai. Je suis allée souvent dans des résidences de personnes âgées. Je les faisais chanter, je dansais même la claquette. Je suis plus une femme de terrain qu’une femme de l’Assemblée nationale. »   

La claquette, c’est bien. Mais le changement, c’est mieux.