/news/provincial
Navigation

Legault veut accélérer le 3e lien

En désaccord avec Jean-François Gosselin, le PM croit que le projet aidera à relancer l’économie après la crise

Le premier ministre François Legault
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le premier ministre François Legault

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement à Jean-François Gosselin, qui remet désormais en question la pertinence du troisième lien, le premier ministre François Legault persiste à dire qu’il faudra accélérer sa réalisation pour mieux relancer l’économie.  

• À lire aussi: Jean-François Gosselin s’interroge sur la pertinence du 3e lien  

• À lire aussi: Troisième lien: Lehouillier appelle à «ne pas lancer la serviette»  

« Tous les projets, incluant le troisième lien, s’il y a quelque chose, c’est qu’on veut les accélérer », a réitéré M. Legault, lorsque questionné à ce sujet en conférence de presse. 

Lors d’une entrevue avec Le Journal, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec a demandé « qu’on réfléchisse sérieusement à tous les grands projets au Québec » comme le tramway, qu’il a souvent critiqué, et celui de troisième lien, dont il a pourtant toujours été un ardent défenseur. 

Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à la Ville de Québec
Photo Agence QMI, Simon Clark
Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à la Ville de Québec

Alors que les décès en lien avec la COVID-19 s’additionnent par centaines chaque jour, qu’il manque d’espace, de personnel et d’équipements, M. Gosselin juge nécessaire de « s’aligner sur les bonnes priorités », comme soigner les aînés. 

Plus de travailleurs 

Dès le début de la pandémie au Québec, M. Legault avait prévenu que la relance de l’économie passerait notamment par l’accélération de grands projets d’infrastructure comme le tramway et le troisième lien à Québec, afin de compenser des pertes d’emploi dans le secteur privé. 

« Je ne vois pas comment on pourrait remettre en question des projets qui étaient déjà prévus. Au contraire, on veut accélérer les projets », a répété le premier ministre, jeudi. 

Des discussions sont même déjà entamées avec les syndicats afin d’augmenter temporairement le nombre de travailleurs disponibles. 

« On veut que la construction, ça fonctionne à plein », a expliqué M. Legault. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Lehouillier surpris 

De son côté, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a reproché à M. Gosselin d’avoir « jeté l’éponge ». 

« Ce n’est pas le moment de commencer à baisser les bras. Après la pandémie, il y aura une vie. Ce n’est pas vrai que les gens vont rester confinés. [...] J’ose espérer que c’est un poisson d’avril en retard », a-t-il indiqué lors d’un point de presse téléphonique. 

Refusant de se dire isolé sur le plan politique, M. Lehouillier a rappelé que le gouvernement du Québec appuie toujours le projet. 

« Personne n’a jeté l’éponge sauf M. Gosselin, a-t-il insisté. Nous, on ne jette pas l’éponge. On va continuer. » 

Autres réactions 

Sur la scène fédérale, le député de Louis-Hébert Joël Lightbound, fidèle à son habitude, ne s’est pas trop aventuré sur le terrain glissant du troisième lien. 

En revanche, il s’inscrit en faux ouvertement contre le discours de M. Gosselin lorsque ce dernier doute aussi de la pertinence du tramway. 

« Ce projet-là est déjà prêt, il est déjà financé, ainsi pour moi, il s’inscrit parfaitement dans un plan de relance verte. Donc, je ne suis pas d’accord avec M. Gosselin là-dessus. Il est plus que temps que la Ville de Québec ait un réseau de transport en commun digne de ce nom. La crise n’y change rien. La vie, un jour, va reprendre son cours. » 

Le maire de Québec, Régis Labeaume, n’a pas voulu réagir aux propos du chef de l’opposition. Idem pour le député conservateur Gérard Deltell. 

 

Un tunnel dont on ignore toujours les coûts  

Le premier ministre François Legault
Illustration Le Journal

N’eût été la pandémie, on en saurait aujourd’hui davantage sur les coûts de réalisation du tunnel Québec-Lévis, dont on voit ici le dernier tracé proposé à la fin janvier. L’emplacement précis de la sortie du tunnel du côté de Québec n’est pas encore connu. Chose certaine, le ministre des Transports, François Bonnardel, a tenté de se faire rassurant en laissant entendre que la sortie ne se fera pas en plein quartier Saint-Roch.   

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla et Jean-Luc Lavallée 

Ce qu’ils ont dit :    

Le premier ministre François Legault
Photo Jean-François Desgagnés

« Au contraire, on veut accélérer les projets parce qu'on se dit: Il y aura une partie des emplois dans le secteur privé qui ne seront pas présents dans les prochains mois, donc le gouvernement a un certain rôle de donner des mandats, donner des contrats. »  

- François Legault, premier ministre du Québec  

Le premier ministre François Legault
Photo Jean-François Desgagnés

« Si on est contre le tramway, si on est contre le troisième lien, si on est contre tout, c’est quoi le projet d’avenir pour la région de Québec et de Chaudière Appalaches? [...] Voyons, c’est ridicule! »  

- Gilles Lehouillier, maire de Lévis  

Le premier ministre François Legault
Photo Agence QMI, Simon Clark

« (Le 3e lien est un projet) du gouvernement du Québec pour lequel on n’a pas encore de demande, qui n’est pas chiffré et qui va devoir passer à travers beaucoup d’études environnementales avant de se matérialiser. »  

- Joël Lightbound, député fédéral de Louis-Hébert