/news/coronavirus
Navigation

Centre jeunesse: une mère lance un cri du cœur pour voir sa fille

Centre jeunesse: une mère lance un cri du cœur pour voir sa fille
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une mère lance un cri du cœur pour que l’on s’attarde à la situation des jeunes en centre jeunesse, confinés eux aussi en raison de la crise pandémique.   

Celle qui préfère garder l’anonymat était en entrevue avec Sophie Durocher, jeudi, à QUB radio, pour parler de sa propre expérience et du contact minime qu’elle a avec sa fille depuis 60 jours.     

  • ÉCOUTEZ le cri du cœur de cette maman à QUB radio:    

  

  

Outre les appels téléphoniques plus fréquents, elle indique n'avoir eu droit qu'à une vidéoconférence de 30 minutes avec son enfant depuis que les mesures de santé publique ont été mises en place.   

«Moi, ce que je déplore énormément, c’est que, depuis le début de la pandémie, on n’en parle pas, de la situation de nos jeunes dans les centres jeunesse, de leur confinement. On parle beaucoup des aînés, on parle des prisonniers, mais les enfants, on n’en parle pas», a-t-elle déclaré.  

Si les jeunes ont droit à deux périodes quotidiennes de 30 minutes pour sortir dans une cour clôturée, la mère indique qu'ils n’ont toutefois pas accès à internet pour se divertir ou pour l’école.   

«Puisqu’ils n’ont pas accès à internet, ils n’ont aucun soutien pédagogique [...] Les enseignants n’ont pas donné de nouvelles, donc pas de travaux scolaires à faire. Ça fait deux mois qu’ils n’ont rien à faire au niveau pédagogique», a-t-elle raconté.   

Elle souligne par ailleurs le travail des intervenants qui tentent de leur trouver des activités et impriment des documents scolaires à la demande des jeunes.   

«Il est vraiment temps que ces jeunes sortent pour voir leurs parents et autre chose que la petite chambre et leur petite cour», estime-t-elle.