/news/currentevents
Navigation

Un tatoueur aurait forcé une adolescente à se prostituer

Ses deux complices et lui font face à une kyrielle d’accusations

Arrestation
Photos courtoisie, SPAL Les policiers ont arrêté Kamille Béchard (sur la photo) et son conjoint Marc Frappier (mortaise de droite) à leur résidence mercredi. Ils ont aussi mis la main au collet d’un autre suspect, Christian Lamer (mortaise de gauche).

Coup d'oeil sur cet article

Surnommé « Marc Tattoo », un criminel de Longueuil se serait servi de son métier de tatoueur pour amadouer une adolescente de 16 ans et la forcer à se prostituer.

Marc Frappier, 37 ans, a été arrêté dans une résidence de la Rive-Sud mercredi matin en compagnie de sa conjointe, Kamille Béchard, 28 ans.

Par la suite, leur présumé complice Christian Lamer, 33 ans, a aussi été appréhendé par les agents.

« On parle ici de trois fourbes, des abuseurs qui ont fait vivre des sévices importants à une mineure, décrit l’agent Ghyslain Vallières, porte-parole du Service de police de l’Agglomération de Longueuil (SPAL). C’est un univers tellement marquant et traumatisant. Ce qu’ils ont fait risque d’hypothéquer la jeune fille pour toujours. »

L’histoire remonte à la mi-février, alors que l’ado a contacté Marc Frappier, alias Marc Tattoo, pour qu’il lui fasse un tatouage.

Droguée et agressée

De fil en aiguille, le trentenaire et sa conjointe auraient amadoué la jeune fille et l’auraient forcée à consommer des drogues dures.

Cette dernière aurait subi plusieurs agressions sexuelles de la part des trois accusés dans les semaines suivantes.

La situation a toutefois pris une autre tournure lorsque Frappier et Béchard l’auraient incitée à se prostituer.

L’adolescente aurait ainsi été violée par au moins un client.

La situation aurait perduré jusqu’à ce qu’une personne qui s’inquiétait pour la sécurité de la jeune fille contacte la Direction de la protection de la jeunesse.

Le SPAL s’est également penché sur le dossier. Les enquêteurs ont mis peu de temps à amasser suffisamment de preuves pour arrêter le trio.

Les trois suspects ont comparu jeudi, au palais de justice de Longueuil.

Ils font face à des accusations de proxénétisme, d’agressions sexuelles, de production de pornographie juvénile, d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à une mineure, de trafic de drogue, d’avoir recruté une mineure pour rendre des services sexuels et de séquestration.

Ils demeurent détenus pour le moment.

D’autres victimes

Contrairement à leur présumée complice féminine, les deux hommes ont de nombreux antécédents judiciaires, notamment en matière de violence et de drogue.

Les enquêteurs croient d’ailleurs qu’ils auraient pu faire d’autres victimes.


Toute personne détenant de l’information à leur sujet peut communiquer de façon confidentielle avec les enquêteurs du SPAL au 450 463-7192.