/news/society
Navigation

Le peu d’internet complique le télétravail dans le Bas-Saint-Laurent

Le peu d’internet complique le télétravail dans le Bas-Saint-Laurent
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-MATHIEU-DE-RIOUX – La pandémie remet à l’avant-plan le problème d’accès à internet haute vitesse dans les régions du Québec, comme le Bas-Saint-Laurent, où faire du télétravail relève de l’exploit par endroit.  

Maxime Rousseau, un employé du ministère des Transports à Rimouski, a dû abandonner l’idée de faire des vidéoconférences pour le travail en même temps que ces deux petites filles regardent la télévision via internet.  

«Avec la bande passante, on a de la difficulté à mettre une émission et faire une vidéo-conférence. Je fais beaucoup mes conférences par téléphone pour pouvoir faire les deux en même temps», a expliqué celui qui est également incapable de télécharger un fichier et d’envoyer une photo en même temps.  

Avec 4 à 6 mégabits de débit internet à Saint-Mathieu-de-Rioux, c’est la même problématique pour Steeve Sirois, un propriétaire de deux concessionnaires automobiles qui a quand même travaillé par téléphone pendant la pandémie.  

«Avec le réseau cellulaire qui est déficient là-bas, on n’a pas encore la tour qui est mise en fonction. J’étais obligé de me servir du réseau Wi-Fi pour aller prendre les appels et puis souvent on perdait les appels», a affirmé l’homme d’affaires.  

Besoin pressant  

L’internet haute vitesse est prévu pour 2022 dans la région des Basques, au Bas-Saint-Laurent, mais la municipalité de Saint-Mathieu-de-Rioux fait pression sur le fournisseur Telus.  

«Avant la pandémie, on se rend compte que c’est une nécessité absolue d’avoir internet haute vitesse. (...) il faudrait que ce soit avant 2022», a insisté le maire de l’endroit, Roger Martin.  

Cette problématique empêche l’arrivée de nouveaux résidents dans le village.  

Diane Desfossés aimerait déménager à Saint-Mathieu-de-Rioux. Pendant la pandémie, mais pour la pandémie, elle est contente d’être restée à Longueuil.  

C’est que l’animatrice en littérature jeunesse raconte des histoires en direct sur les réseaux sociaux.  

«Ce serait impossible de faire ça sans qu’il y ait des coupures, des bris dans la communication. (...) Si j’avais déjà déménagé là-bas, ça m’aurait empêché de faire ce type de communication en temps de COVID», a indiqué Diane Desfossés.  

La population de Saint-Mathieu-de-Rioux a enregistré de petites capsules vidéo pour dénoncer ce problème.  

«Chaque fois que je joue à mes jeux vidéo, ça bogue tout le temps(...) La seule façon de voir mes amis pendant la COVID-19 ce sont les jeux vidéo ou sur internet.(...) Alors s’il vous plait, faites quelque chose» a interpellé Émile Archambault dans l’un des capsules.  

Le sujet a été abordé par les maires des Basques mercredi soir. Le projet pour déposer les dossiers d’appels d’offres internet haute vitesse a été repoussé au 1er juin.