/news/coronavirus
Navigation

Montréal enregistre trois fois plus de décès que d’habitude

CHSLD Vigi Reine-Élizabeth
Photo Chantal Poirier Les entreprises funéraires ont dû augmenter leurs effectifs pour recueillir les dépouilles.

Coup d'oeil sur cet article

On a dénombré jusqu’à trois fois plus de morts par jour sur le territoire de Montréal cette semaine. Des chiffres qui montrent comment la pandémie de COVID-19 frappe durement la métropole et met de la pression sur les responsables des services funéraires.  

• À lire aussi: Un «dépistage massif» dans les zones chaudes du Grand Montréal

• À lire aussi: Plus de cas de COVID-19 qu'on ne le pense à Montréal?

Selon la Direction régionale de la santé publique, environ 40 personnes décèdent quotidiennement sur l’île de Montréal.  

Mais cette semaine, il en mourait entre 45 et 104 par jour uniquement de la COVID-19. Tout ça, sans compter tous les autres décès qui ne sont pas liés à la pandémie. 

Corps entreposés 

Au total, c’est tout près de 500 Montréalais qui ont été emportés par le virus dans les sept derniers jours, de loin le plus lourd bilan au Canada. 

À lui seul, le groupe Urgel Bourgie/Athos a dû entreposer environ 300 dépouilles, notamment dans des remorques réfrigérées installées il y a quelques semaines. 

« Heureusement qu’on s’était préparés, sinon, ça aurait été une tragédie », dit le vice-président du groupe, Patrice Chavegros. 

Pour faire face à la demande, le groupe fait davantage de crémations sur la Rive-Sud et à Laval en plus de celles effectuées à Montréal. 

Le personnel affecté au transport a même dû être triplé par moment. La priorité pour la collecte est donnée aux dépouilles dans les domiciles et en CHSLD avant celles des hôpitaux, qui disposent de morgues. 

Visiteurs limités 

Du côté du cimetière Notre-Dame-des-Neiges, on reçoit environ 125 familles par semaine et on s’attend à grimper à 140 au cours des prochaines semaines.  

Pour respecter les règles de la santé publique, les responsables limitent à deux le nombre de personnes pouvant se recueillir sur la tombe d’un défunt ou lors d’un enterrement. Des exceptions sont faites pour ceux vivant sous un même toit. 

De plus, le cimetière sera fermé aux familles en fin de semaine pour la fête des Mères.