/sports/football
Navigation

L’année de vérité pour St-Juste

Le demi de coin des Gophers de l’Université du Minnesota sera admissible au prochain repêchage de la NFL

Benjamin St-Juste
Photo courtoisie Avec les Gophers de l’Université du Minnesota la saison dernière, le demi de coin Benjamin St-Juste a réussi 45 plaqués et 10 passes défendues.

Coup d'oeil sur cet article

Benjamin St-Juste se prépare à vivre une année remplie d’émotions sur la scène du football universitaire américain. Le demi de coin originaire de Rosemère, qui porte les couleurs des Gophers de l’Université du Minnesota, sera admissible au repêchage de la NFL en avril. S’il décide de faire le saut, il pourrait devenir le 14e Québécois seulement à entendre son nom lors de l’encan annuel.

St-Juste, un produit des Spartiates du Vieux-Montréal, a complété avec succès une première saison dans son nouvel environnement, lui qui avait consacré ses deux premières années d’admissibilité dans la NCAA à l’Université du Michigan.

L’automne dernier, son éclosion avec les Gophers a été marquante, lui qui s’est approprié un rôle de partant en défensive. Au passage, il a revendiqué 45 plaqués (dont 1,5 pour pertes) et surtout, 10 passes défendues. 

En plus de sa production, son gabarit, à 6 pi 3 po, attire déjà le regard des dépisteurs. St-Juste pourrait décider de retourner au Minnesota pour faire une dernière année, décision qui sera prise en fin de campagne.

Potentiel élevé

Il risque toutefois d’être fortement tenté de se tourner vers l’aventure professionnelle en se rendant admissible au prochain repêchage de la NFL, prévu à Cleveland, en avril 2021.

« Les entraîneurs ont de bons mots à mon endroit. Plein de gens qui sont passés par le processus du repêchage voient en moi le potentiel d’être repêché à un rang assez élevé. On me dit que la question n’est plus de savoir si je serai repêché, mais quand je serai repêché. Pour l’instant, c’est une étape à la fois et je reste humble. Je ne laisse rien de tout ça me monter à la tête », a-t-il mentionné au Journal lors d’un entretien téléphonique.

Saison chamboulée ?

Évidemment, plus rien n’est coulé dans le béton en ce qui a trait au monde du sport. La pandémie actuelle pourrait remettre en cause la prochaine saison de football universitaire ou causer un retard dans le calendrier.

« Je ne pense pas que la saison sera annulée et mon statut (par rapport au repêchage) restera le même », estime cependant St-Juste.

Peu importe le scénario qui se dessinera en cette crise sanitaire, l’ancien des Loups de l’école Curé-Antoine-Labelle n’entend pas modifier son approche. 

Pour l’instant, poids libres, élastiques et exercices individuels de position meublent son quotidien. 

Dès qu’il aura le feu vert pour rejoindre ses coéquipiers, il s’attaquera à la tâche avec l’ardeur habituelle.

« Ce serait hypocrite de ma part d’essayer de jouer différemment parce que ce sera possiblement mon année de repêchage. Oui, je veux continuer d’améliorer mon jeu, mais je n’ai jamais joué au football en misant tout sur le repêchage.

J’ai toujours joué parce que c’est un sport que j’aime et qui m’a amené d’autres avenues comme l’éducation et de belles amitiés. Si je peux aller aussi loin dans le football que les entraîneurs le croient, c’est tant mieux, mais je ne vais pas laisser un rang de sélection définir qui je suis comme personne », assure-t-il.

Un record d’équipe inspirant

Benjamin St-Juste et les Gophers ont conclu une saison exceptionnelle.
Photo courtoisie
Benjamin St-Juste et les Gophers ont conclu une saison exceptionnelle.

La dernière saison productive des Gophers a permis de propulser cinq de ses joueurs dans la NFL au dernier repêchage. Voilà qui a de quoi inspirer Benjamin St-Juste, qui se prépare lentement mais sûrement à vivre pareille euphorie.

Pour le programme, il s’agit de la cuvée la plus productive depuis que le repêchage de la NFL a pris son format actuel de sept rondes, en 1994. À trois reprises, l’Université du Minnesota avait vu quatre de ses joueurs sélectionnés, soit en 2001, 2006 et 2015. La moyenne pour les Gophers se chiffre à 1,3 joueur sélectionné à chaque encan.

L’explosion actuelle s’avère donc spectaculaire.

« C’est sûr que de voir autant de mes coéquipiers repêchés et de vivre le moment qui va changer leur vie, ça me rapproche de mon rêve. Ces gars-là qui viennent d’être sélectionnés, j’ai partagé des moments et pratiqué avec eux à tous les jours. Ça me motive encore plus de savoir qu’ils passent au prochain niveau. Ça me démontre que le rêve est réaliste », a partagé St-Juste.

Succès retentissants

Les Gophers ont terminé en janvier une saison remplie de succès, avec une fiche de 11-2. Leurs 11 victoires constituent leur plus haut total depuis 1904. Leur gain aux dépens de l’Université Auburn au Outback Bowl a couronné le tout. 

Dans ce contexte, pas étonnant que les joueurs aient la cote en ce moment auprès des recruteurs de la NFL.

« Plus les projecteurs sont tournés vers notre équipe, plus les dépisteurs nous regardent et plus on a des gars repêchés. C’est sûr que si ça continue de cette manière, ça favorise mes chances », a réagi St-Juste.

Pour la saison à venir, les Gophers ramèneront sensiblement le même noyau offensif. C’est en défensive où les changements seront marqués, avec seulement une poignée de partants de retour. 

« Après une telle saison, la pression sera sur nous. Si on récolte moins de 11 victoires, ce sera considéré comme une déception. Notre défensive sera jeune, mais extrêmement rapide. »