/sports/baseball/capitales
Navigation

Le dôme du stade Canac pourrait faire partie du décor tout l’été

Si le stade n’est pas utilisé, une décision devra être prise quant à la structure gonflable

Le démontage du dôme du stade Canac nécessite la location d’une grue et l’embauche de personnel qualifié pour enlever notamment les 52 lumières au plafond, a expliqué hier Michel Laplante, président des Capitales de Québec, ce qui occasionne des coûts importants.
Photo Jean-François Desgagnes Le démontage du dôme du stade Canac nécessite la location d’une grue et l’embauche de personnel qualifié pour enlever notamment les 52 lumières au plafond, a expliqué hier Michel Laplante, président des Capitales de Québec, ce qui occasionne des coûts importants.

Coup d'oeil sur cet article

En raison de l’incertitude qui plane sur la saison de baseball à Québec, le grand dôme blanc du stade Canac pourrait bien rester en place tout l’été. 

• À lire aussi: [EN DIRECT VENDREDI 8 MAI] Tous les développements de la pandémie de coronavirus 

L’organisation des Capitales de Québec, qui gère l’équipement, évalue actuellement cette possibilité pour économiser de l’argent.  

En temps normal, le dôme aurait dû être démonté à partir du 28 avril, a indiqué Michel Laplante, président des Capitales, une opération qui requiert une cinquantaine de bénévoles.  

«On est dans le néant comme tout le monde. On évalue si ça vaut la peine de le démonter», a-t-il affirmé. 

Selon lui, il en coûte entre 25 000 $ et 40 000 $ pour le démonter et autant pour le remonter à l’automne.  

«Présentement, pour le garder gonflé, on dépense en énergie environ 300 $ par jour. Donc, on fait le pour et le contre. C’est sûr que, s’il y a une possibilité d’avoir du baseball pour les jeunes cet été, on va le démonter.»  

L’entente avec la Ville de Québec prévoit que le dôme doit être retiré chaque été, mais M. Laplante estime qu’elle pourrait faire preuve de souplesse étant donné les circonstances actuelles.  

Baseball Québec 

«J’aimerais bien avoir une boule de cristal pour vous dire quand la saison pourra démarrer. On n’a pas assez d’information de la part du gouvernement pour se prononcer. Tout le monde veut avoir du sport amateur, mais on n’a pas de date pour lancer une saison», enchaîne de son côté Maxime Lamarche, directeur général de Baseball Québec.  

D’après M. Lamarche, le baseball possède une longueur d’avance sur d’autres sports.  

«C’est un sport qui se joue à l’extérieur et on n’a pas besoin d’utiliser de vestiaires. De plus, on dit que le baseball est le sport le plus individuel des sports d’équipe. De la manière dont il est pratiqué, évidemment, il y a une certaine distanciation qui se fait», a-t-il ajouté.  

L’organisme a fait des scénarios en prévision d’une saison qui pourrait débuter en juillet ou même en août pour se poursuivre jusqu’en octobre. Le baseball compte pas moins de 35 000 adeptes au Québec, en plus de 25 000 joueurs de balle-molle.