/sports/hockey
Navigation

Les dix meilleurs joueurs des Nordiques

Coup d'oeil sur cet article

Les Nordiques de Québec ont quitté la Vieille Capitale il y a (déjà) 25 ans. En 22 ans d’existence, de leurs débuts dans l’AMH en 1972 à leur départ officiel vers Denver en 1995, les Fleurdelisés ont vu défiler dans leur vestiaire plusieurs joueurs qui ont non seulement marqué les gens de Québec, mais également le monde du hockey en général. Pas facile, d’ailleurs, d’établir un top 10 des meilleurs joueurs de l’histoire de l’organisation. Le Journal a donc fait appel à nul autre que l’ancien entraîneur de l’équipe, Michel Bergeron, pour établir un palmarès des dix figures les plus marquantes des 22 ans d’histoire de l’équipe.  

1 | Peter Stastny 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1980 à 1990 
  • 737 matchs, 380 buts, 668 passes, 1048 points  

À tout seigneur, tout honneur. Aucun autre joueur n’a marqué l’histoire des Nordiques autant que Peter Stastny. De 1980 à 1989, seul Wayne Gretzky a récolté plus de points que l’ancien 26 des Fleurdelisés. Après une décennie de domination avec les Nordiques, Stastny a été échangé en 1990 aux Devils du New Jersey.  

« L’arrivée de Peter, Anton et Marian Stastny a complètement changé l’image des Nordiques, se rappelle Michel Bergeron. Peter a remporté le titre de recrue de l’année dès sa première saison et il a poursuivi en étant le deuxième meilleur marqueur des années 80 derrière Wayne Gretzky. Nous n’avons pas raté les séries de 1981 à 1987 et Peter en a été grandement responsable. Il a marqué l’histoire des Nordiques. » 

2 | Joe Sakic 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1988 à 1995 
  • 508 matchs, 234 buts, 392 passes, 626 points  

Choix de première ronde, 15e au total des Nordiques en 1987, Joe Sakic a fait son entrée dans la grande ligue en 1988 alors que l’équipe commençait à perdre de son lustre. Lors de la saison 1989-1990, la pire de l’histoire de l’équipe, lors de laquelle les Nordiques n’avaient récolté que 31 points de classement, Sakic avait agi de baume pour les partisans découragés de l’équipe en récoltant 102 points. 

« Cette saison-là, l’équipe était devenue l’affaire de Joe, mentionne Bergeron. Ça avait été une année atroce et je pense qu’en novembre, on était déjà éliminé du portrait des séries. Joe était un joueur très apprécié dans le vestiaire. Guy Lafleur a adoré jouer avec lui et les vétérans Peter Stastny et Michel Goulet, échangés cette année-là, l’aimaient beaucoup aussi. Il a aidé les Nordiques à redevenir une organisation de premier plan avant qu’ils ne déménagent. » 

3 | Michel Goulet 

Photo archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1979 à 1990 
  • 813 matchs, 456 buts, 490 passes, 946 points  

Aucun joueur n’a marqué plus de buts dans l’uniforme des Nordiques que Michel Goulet. Ses sept saisons consécutives d’au moins 40 buts, dont quatre de suite lors desquelles il en a marqué 50, lui permettent de trôner au sommet des buteurs de l’histoire des Fleurdelisés avec 456 buts, soit 76 de plus que Peter Stastny. Il a lui aussi été échangé en 1990. 

« C’était un joueur au talent fou, se remémore Michel Bergeron. C’était un bon marqueur qui n’hésitait pas à payer le prix pour se créer des chances de marquer. Il n’avait pas peur de recevoir un coup salaud si c’était pour lui permettre de compter. C’était un joueur qui faisait le travail tout le temps, même en séries. Ce n’était pas le joueur le plus jasant, mais il était grandement apprécié de ses coéquipiers. Il n’a pas volé sa place au Temple de la renommée. » 

4 | Dale Hunter 

Photo archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1980 à 1987 
  • 523 matchs, 140 buts, 318 passes, 458 points  

Michel Bergeron n’a jamais caché son amour pour Dale Hunter. Il n’a pas hésité à le placer au quatrième rang des meilleurs joueurs de l’histoire des Nordiques de Québec. 

« Pendant sept ans, il a été le cœur et l’âme de l’équipe. Les joueurs avaient tellement de respect pour lui. Michel Goulet et lui avaient développé une chimie incroyable. Aussitôt que j’essayais de faire des changements de trios, que je mettais Peter avec Michel, ça ne fonctionnait pas et il fallait que je remette Michel et Dale ensemble. Il était haï partout où il allait, surtout à Montréal ! C’était la peste par excellence et sa tête était mise à prix partout. C’était un gars qui faisait face à la musique, et des fois, je devais le retenir pour ne pas qu’il se fasse justice contre des gars plus gros que lui. » 

5 | Peter Forsberg 

Photo d'archives, REUTERS

AVEC LES NORDIQUES  

  • saison 1994-1995 
  • 47 matchs, 15 buts, 35 passes, 50 points  

Peter Forsberg n’a disputé qu’une demi-saison dans l’uniforme des Nordiques de Québec, mais il était impossible de l’écarter du top 10 des meilleurs joueurs de l’histoire de l’équipe. Impliqué dans la transaction ayant envoyé Eric Lindros avec les Flyers de Philadelphie, Forsberg a eu un impact immédiat avec les Fleurdelisés, remportant le titre de recrue de l’année en 1995 avant que l’équipe ne quitte pour le Colorado.  

« Il a fait partie de la meilleure transaction de l’histoire des Nordiques. Eric Lindros aurait été un joueur extraordinaire avec les Nordiques, mais Forsberg en a fait tout autant. Avec l’Avalanche du Colorado, Joe Sakic et lui ont formé un duo de centres de premier plan. Quand tu comptes sur deux joueurs de centre de ce calibre, tu sais que tu en as pour longtemps à être dominant. Malheureusement, les blessures l’ont ralenti, mais il a connu une belle carrière. » 

6 | Marc Tardif 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1974 à 1983 (AMH et LNH) 
  • 620 matchs, 380 buts, 443 passes, 823 points  

Après avoir débuté sa carrière dans la LNH avec le Canadien de Montréal, Tardif a joint les rangs des Nordiques dans l’AMH au cours de la saison 1974-1975, les aidant à remporter la coupe AVCO en 1977 puis à faire le saut dans la LNH en 1979.  

« Marc, dans l’AMH, a été une figure dominante. Quand il s’est joint aux Nordiques, il a injecté une dose de talent à l’organisation, ce qui a fait en sorte que les gens ont compris que les Nordiques, c’était du sérieux. Il a connu une très belle carrière. J’ai eu la chance de le diriger dans la LNH alors que sa carrière tirait à sa fin, mais j’aurais beaucoup aimé pouvoir le diriger quand il était au sommet de son art. C’était un athlète extrêmement respecté et quand il entrait quelque part, il y avait une aura autour de lui. » 

7 | J.-C. Tremblay 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1972 à 1979 
  • Statistiques à Québec : 454 matchs, 66 buts, 358 passes, 424 points  

Jean-Claude Tremblay fait probablement partie des plus grands oubliés quand on pense aux meilleurs joueurs de l’histoire des Nordiques. Pourtant, il a certainement été l’un des athlètes qui ont eu le plus d’impact sur l’organisation, estime Michel Bergeron. Après 13 saisons dans l’uniforme du Canadien de Montréal, Tremblay a joint les Nordiques de l’AMH pour leurs débuts en 1972, et il s’est retiré au terme de la saison 1978-1979, soit tout juste avant l’entrée de l’équipe dans la Ligue nationale de hockey. 

« N’eût été Jean-Claude Tremblay et Marc Tardif, les Nodiques n’auraient probablement jamais atteint la LNH. Jean-Claude est parti de Montréal et a amené le respect et la stabilité au sein de l’organisation. J’ai toujours été impressionné de le voir jouer et c’est beaucoup grâce à lui et Marc qu’ils ont gagné la coupe AVCO en 1977. D’ailleurs, il n’a toujours pas été intronisé au Temple de la renommée du hockey et je ne comprends pas pourquoi. » 

8 | Réal Cloutier 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1974 à 1983 
  • 605 matchs, 405 buts, 445 passes, 850 points  

Réal Cloutier en est un autre qui a grandement contribué à l’ascension des Nordiques de l’AMH jusqu’à leur entrée officielle dans la Ligue nationale de hockey en 1979-1980. En cinq saisons dans l’AMH, il a coup sur coup réussi des saisons de 53, 114, 141, 129 et 129 points. Son séjour avec les Fleurdelisés a toutefois pris fin en 1983 quand il a été échangé avec un choix de première ronde aux Sabres de Buffalo en retour de Tony McKegney, Jean-François Sauvé, André Savard et un choix de troisième tour. 

« Réal a marqué l’histoire des Nordiques par son talent incroyable. C’était un fin marqueur, un bon passeur et il était très habile à deux contre un. Je pense qu’il a mal accepté d’être échangé à Buffalo, mais à cette époque, on avait besoin de profondeur et c’est pourquoi ont était allé chercher trois joueurs en retour. Il n’en reste pas moins qu’il a marqué l’histoire des Nordiques. » 

9 | Mats Sundin 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1990 à 1994 
  • 324 matchs, 135 buts, 199 passes, 334 points  

Mats Sundin à Québec, c’est bien plus qu’une prise de bec mémorable avec Pierre Pagé sur le banc de l’équipe lors des séries de 1993. Le premier choix au total du repêchage de 1989 a connu quatre saisons fort productives dans la Vieille Capitale avant d’être échangé avec Garth Butcher, Todd Warriner et un choix de première ronde aux Maple Leafs de Toronto, en retour de Wendel Clark, Sylvain Lefebvre, Landon Wilson et un choix de premier tour. Au final, Clark n’a disputé qu’une seule saison à Québec, tandis que Sundin est devenu le joueur de concession des Leafs pendant 13 ans. 

« S’il avait fallu que Sundin reste à Québec et joue avec Joe Sakic et Peter Forsberg, les Nordiques ne seraient peut-être pas partis, estime Michel Bergeron. Cette équipe aurait été une véritable dynastie et ils auraient pu gagner huit ou neuf fois la Coupe Stanley. Sundin était un athlète exceptionnel qui a connu une très belle carrière à Toronto. » 

10 | Dan Bouchard 

Photo d'archives

AVEC LES NORDIQUES  

  • de 1980 à 1985 
  • 226 matchs, fiche de 107-80-36, moyenne de 3,58 et pourcentage d’arrêts de 0,878.  

Bouchard est le seul gardien dans cette liste, et pour cause. Arrivé en 1981 par voie d’échange – les Nordiques avaient envoyé Jamie Hislop à Calgary –, Bouchard a solidifié une position faible de l’organisation. 

« N’eût été Daniel lors des séries de 1982, je ne crois pas qu’on aurait pu faire un bout de chemin, estime Michel Bergeron en parlant de la présence de l’équipe en finale de l’Association Prince de Galles qu’ils avaient perdue en 4 face aux éventuels champions, les Islanders de New York. Ça nous prenait un gardien de premier plan et Daniel avait joué un rôle important. Je le compare à d’autres gardiens qui ont été intronisés au Temple de la renommée du hockey et il n’a rien à leur envier. Il a aidé les Nordiques à maintenir une culture gagnante. »  

Mentions honorables  

  • Normand Rochefort 
  • Mario Marois 
  • Wilf Paiement 
  • Anton Stastny 
  • Alain Côté 
  • Maurice Filion, dg