/misc
Navigation

Kamala Harris déclinerait-elle une offre de Joe Biden?

Kamala Harris déclinerait-elle une offre de Joe Biden?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dans ma tournée habituelle des médias américains ce matin, j’ai noté que le nom de Kamala Harris était mentionné assez souvent.  

Deux articles ont particulièrement retenu mon attention. Dans un premier temps, un texte sur le site de POLITICO laisse clairement entendre que la sénatrice de la Californie serait en tête pour devenir la colistière de Joe Biden, alors que le second, publié sur le site du New York Times, avance que Mme Harris, très ambitieuse, pourrait bien décliner l’offre.   

  • Écoutez l'entrevue de Luc Laliberté avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Je m’intéresse à la carrière de Kamala Harris depuis le premier mandat de Barack Obama. Élue procureure générale de la Californie en 2010 et 2014, elle possède toutes les qualités pour retenir l’attention sur la scène nationale. Malgré une performance décevante pendant les récentes primaires démocrates, elle a encore beaucoup à offrir.   

POLITICO insistait ce matin sur le fait qu’à 55 ans Kamala Harris est jeune, ce qui ferait un bon contrepoids à l’âge avancé de Joe Biden. Des donateurs proches du candidat démocrate considèrent que son parcours de fille d’immigrants (Inde pour sa mère et Jamaïque pour son père) peut inspirer et démontrer que Biden est soucieux de représenter la diversité culturelle américaine.   

À ses qualités personnelles, on ajoute le fait que l’entourage immédiat de Biden lui aurait pardonné ses attaques lors du débat de juin 2019. Probablement dans l’espoir d’accroître sa couverture médiatique et d’ébranler le meneur, Harris avait remis en question l’héritage de Biden en matière d’intégration raciale.   

  

L’ancien vice-président n’avait jamais vu venir le coup et il était sorti ébranlé de l’échange.   

Harris et Biden ont discuté à plusieurs reprises depuis et Mme Harris appuie ouvertement la candidature de son ancien rival. Que ce soit au Sénat ou lors de rassemblements, Kamala Harris insiste sur l’importance de serrer les rangs et de s’unir derrière le candidat démocrate. Il est donc possible qu’elle devienne la colistière, un choix qui comporte beaucoup d’avantages et bien peu d’inconvénients.   

L’article du New York Times soulève cependant une question qui me semble bien pertinente. Kamala Harris veut-elle devenir vice-présidente? Astead W. Herndon mentionne qu’elle a déjà refusé des offres alléchantes parce qu’elles ne correspondaient pas à ses ambitions et à sa stratégie.   

Ambitieuse et préférant d’abord être élue au Sénat, Kamala Harris avait décliné la proposition de Barack Obama qui lui offrait de devenir procureure générale des États-Unis. Si le pari s’est avéré être le bon pour une femme à qui on prêtait déjà l’intention de mener éventuellement une campagne présidentielle, qu’en est-il de la perspective de devenir la première femme à la vice-présidence?   

Occuper le poste de procureur général des États-Unis est rarement considéré comme un tremplin vers la présidence, mais la vice-présidence pourrait offrir une perspective différente. Une première femme, une femme issue des minorités, attirerait l’attention des médias. Comme Joe Biden est déjà très âgé, il est bien possible qu’il ne soit là que pour un seul mandat. La présidence ne serait alors plus très loin...   

Contrairement à Stacey Abrams ou à Elizabeth Warren, Mme Harris est très discrète sur ses intentions. Si plusieurs observateurs croient que cette discrétion vise à ne pas indisposer Biden en lui forçant la main, d’autres croient qu’elle fait plutôt monter les enchères.   

Confiante dans son potentiel et ses qualités, elle ne serait pas intéressée à la vice-présidence à n’importe quelles conditions. Elle pourrait négocier un certain nombre de responsabilités qui lui permettraient de se démarquer. Autant un vice-président peut être tenu à l’écart, autant la fonction a évolué au point où certains vice-présidents comme Dick Cheney ont joué un grand rôle.   

Ce n’est plus forcément le cimetière des ambitions présidentielles.   

Malgré l’abondance de candidatures de grande qualité, je demeure convaincu que Kamala Harris serait la colistière la plus qualifiée pour accompagner Joe Biden sur le ticket démocrate. Mais peu importe le choix de l’ancien vice-président, soyez assurés que nous reverrons souvent la sénatrice de la Californie.