/news/coronavirus
Navigation

Pénurie d’éducatrices en CPE: Québec assouplit les règles d’embauche

Coup d'oeil sur cet article

Pour pallier la pénurie de personnel, le gouvernement Legault assouplit les règles d’embauche dans les CPE, qui pourront compter plus d’éducatrices non formées. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus 

• À lire aussi: Oui il y a encore des câlins dans les garderies 

Dorénavant, une seule éducatrice sur trois devra avoir suivi une formation en Techniques d’éducation à l’enfance dans les CPE. C’est ce que précise un décret ministériel diffusé en fin de semaine. Auparavant, ce ratio était de deux éducatrices sur trois. 

Alors que s’amorce le déconfinement à l’extérieur de la grande région de Montréal, plusieurs éducatrices ne peuvent revenir travailler en raison de problèmes de santé ou de conditions particulières les rendant vulnérables à la COVID-19. 

Au cabinet du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, on précise que cet assouplissement des règles est «temporaire» et vise plus spécifiquement à recruter des étudiantes qui veulent prêter main-forte durant la pandémie. 

Une situation que dénonce toutefois la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ). 

«Le ministre s’est enfin rendu compte qu’il devait agir pour contrer la rareté de main-d’œuvre en CPE, mais on ne peut faire autrement que de rester sur notre faim. Nous lui indiquions la semaine dernière qu’il serait impossible de respecter les ratios de deux éducatrices formées sur trois en CPE et qu’il fallait prévoir un plan pour la rétention et l’attraction de la main-d’œuvre. Or, tout ce qu’on constate aujourd’hui, c’est une réduction des exigences sans aucune mesure pour valoriser les éducatrices. C’est un non-sens», a déploré la présidente Valérie Grenon, par communiqué. 

Selon elle, c’est le faible salaire offert aux travailleuses de la petite enfance et l’absence de primes COVID-19 qui posent des problèmes de recrutement et de rétention. 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com