/news/education
Navigation

L’Université Laval prépare une session d’automne majoritairement en ligne

L’Université Laval prépare une session d’automne majoritairement en ligne
Photo d'archives, Daniel Mallard

Coup d'oeil sur cet article

L’Université Laval se prépare à offrir une session d’automne où l’enseignement se fera en bonne partie en ligne, alors que le manque à gagner en raison de la pandémie pourrait s’élever jusqu’à 100 millions $, selon la direction.   

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie   

C’est ce qu’a indiqué la direction dans une communication rendue publique mardi.  

«Nous planifions un enseignement en ligne et à distance dans la plupart des cours, peut-on lire. Nous prévoyons que la présence physique des étudiantes et étudiants sur le campus sera réduite au strict minimum cet automne afin de respecter les exigences fixées par la Direction de la santé publique.»  

La direction espère toutefois que les restrictions puissent être graduellement levées afin de permettre «un retour prudent des étudiants qui le peuvent» sur le campus.  

Si un tel scénario se confirme, «la priorité sera donnée aux activités d’enseignement pour lesquelles l’apprentissage à distance est difficile, voire impossible», comme les activités de formation pratique en santé, les ateliers d’enseignement, les activités terrain et les laboratoires.  

L’Université Laval estime que le maintien des règles de distanciation sociale pourrait éventuellement permettre le retour de 15% à 25% des étudiants sur le campus, a précisé le vice-recteur exécutif, Robert Beauregard.  

Mais reste à voir quelles seront alors les consignes sanitaires à respecter. «Si la Direction de la santé publique limite à 50 le nombre de personnes qui peuvent être ensemble en même temps, ça prend une salle avec une capacité 200 personnes pour accueillir 49 étudiants», illustre le vice-recteur.  

L’Université Laval prévoit par ailleurs doubler la capacité d’enseignement en mode hybride, afin de permettre que l’enseignement en classe soit aussi disponible au même moment en ligne.  

«On veut maintenir l’enseignement à distance pour ceux qui ne pourront être en classe, comme les étudiants internationaux», explique M. Beauregard.  

Un manque à gagner de 100 M$  

L’Université Laval estime par ailleurs que le manque à gagner engendré par la fermeture du campus pourrait s’élever jusqu’à 100 M$, «dans le pire des scénarios».  

La diminution des revenus auxiliaires, comme la location des résidences, et la diminution du nombre d’inscriptions provenant des étudiants internationaux sont en cause, explique la direction, qui a déjà dû procéder à la mise à pied de plus de 600 employés temporaires.  

«C’est un enjeu et c’est la source de nos préoccupations. Nous sommes inquiets», a affirmé M. Beauregard.  

Des discussions sont en cours entre le réseau universitaire et le ministère de l’Éducation afin de «regarder comment on peut atténuer les effets de ce manque à gagner», précise le vice-recteur.  

D’autres universités ont aussi annoncé au cours des derniers jours que la session d’automne se fera principalement en ligne, comme l’Université de Montréal et l’Université McGill.  

De son côté, le premier ministre François Legault a affirmé mardi qu'il est impossible pour l'instant de déterminer comment va se dérouler la rentrée cet automne. Il a toutefois ajouté qu'il  «souhaite ardemment qu'en septembre on soit capables d'avoir des cours en personne» dans les cégeps et universités.

Cérémonies de collation des grades  

L’Université Laval organisera une cérémonie des grades virtuelle dans les prochaines semaines, mais pourrait aussi organiser cet automne une cérémonie en personne, si les circonstances le permettent. «L’un n’empêche pas l’autre. On peut faire une cérémonie virtuelle pour marquer le moment [...], mais dès que ce sera possible on va consulter pour voir comment on pourrait faire une cérémonie intéressante qui permettrait aux gens de se retrouver pour célébrer en personne l’accomplissement de la fin de leurs études», a affirmé le vice-recteur, Robert Beauregard. Environ 11 000 étudiants de l’Université Laval ont obtenu leur diplôme en avril.  

Hausse des inscriptions pour la session d’été  

L’Université Laval observe une hausse de 30% du nombre d’étudiants inscrits pour la session d’été, qui se déroule présentement 100% en ligne, même si le nombre de cours offerts est légèrement inférieur à celui des années précédentes. M. Beauregard explique cette hausse par le fait que plusieurs ont perdu leur emploi pendant la période estivale. Le retour aux études devient alors «une façon de mettre à profit la période de confinement pour avancer dans sa vie», affirme-t-il.  

Les étudiants pourront rester dans les résidences  

Les étudiants qui habitent dans les résidences étudiantes, occupées maintenant à 30% de leur capacité, pourront y rester à long terme, à moins d’indication contraire de la part de la santé publique. «Les étudiants qui y sont vont pouvoir y demeurer», a affirmé Robert Beauregard. Il y a quelques semaines, des étudiants ont craint de ne pas pouvoir demeurer dans les résidences étudiantes au-delà du 31 mai. Ceux qui y habitent toujours sont des étudiants internationaux qui n’ont pu se reloger ou retrouver leur famille en raison de la fermeture des frontières.   

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com