/opinion/blogs
Navigation

L’omniprésence de nos écrans en temps de COVID-19

boy in classroom behind tablet pc header image
Photo stock.adobe.com (patrick)

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le 12 mars 2020, un virus sournois envahit le quotidien de nos enfants et adolescents, soit celui de la surexposition aux écrans. Si la tendance se maintient, la future génération deviendra, et j’en ai bien peur, une des victimes collatérales de la COVID-19.

Confinement prolongé

Confinés depuis plus de deux mois, sans liens directs avec leurs pairs, l'équilibre mental de nos jeunes est mis à rude épreuve en ces temps de pandémie. Les Africains disent, avec leur grande sagesse, qu’il faut un village pour élever un enfant et je suis profondément inquiet de voir ce village occupé par l’omniprésence des écrans. Que ce soit par les cours en ligne, les Zoom, les FaceTime et j’en passe. J’ai bien peur que les répercussions de ces bulles technologiques nous éclatent en plein visage, paralysant ainsi notre belle jeunesse. 

L’éducation par les écrans

De plus en plus d’experts en sciences de l’éducation vantent les mérites de l’enseignement exclusif en ligne, mais semblent du même coup oublier les effets pervers d’une telle approche. Heureusement, quelques voix s’élèvent pour éveiller nos consciences vis-à-vis la surutilisation de ces technologies. Bémol des plus justifié! Soyons réalistes, on sait très bien que nos adolescents sont de plus en plus accros aux diverses plateformes technologiques, ce qui les rend vulnérables aux pathologies associées à celles-ci; soit la sédentarité, l’obésité voire même la dépression pour ne nommer que ces dernières.

Lorsqu’on envisage une rentrée scolaire en ligne pour septembre, ça n’augure rien de bon pour la santé mentale et physique de nos élèves. Leur bien-être psychologique pourrait encore se fragiliser. Côtoyant plusieurs adolescents, je peux vous affirmer, haut et fort, que plusieurs d’entre eux commencent à afficher des signes inquiétants d’anxiété et de dépression. Nos ados semblent de plus en plus seuls ensemble, comme le dit si bien Serge Fiori!

Un peu d’imagination

Considérant que la bête technologique est féroce et beaucoup trop enivrante pour nos enfants et adolescents, j’en appelle humblement à une prudence extrême face à la toute-puissance des iPhone, des iPad et des Chromebook de ce monde. Pourrait-on au moins proposer des protocoles de retour dans nos institutions scolaires en envisageant plusieurs scénarios autres que l’enseignement en ligne. Je pense à l’école à demi-temps, au port du couvre-visage et autres.

Recherches probantes

Rappelons-nous que les recherches probantes soulignent, à grand titre, la très grande importance des relations humaines dans la réussite scolaire. C’est un facteur déterminant! Et elles sont malheureusement absentes en ces temps fous. Soyons imaginatifs, il en va de soi pour la santé mentale de tous nos jeunes.

Pour paraphraser Camille Bouchard, nous ne voulons certainement pas d’un Québec fou de ces écrans!

François Bellefeuille
Enseignant au primaire et père de deux adolescents
Lachine