/news/transports
Navigation

[PHOTOS] Le tramway va changer le visage de Québec

La dernière mouture du réseau de transport structurant a été dévoilée mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Les nouveaux aménagements des deux principaux pôles d’échanges du Réseau structurant de transport, comme dévoilés mercredi par le maire Labeaume, vont sensiblement métamorphoser les secteurs de Saint-Roch et de Sainte-Foy.  

• À lire aussi: Pôle d’échanges de Sainte-Foy: des discussions déjà entamées pour les acquisitions de terrains  

• À lire aussi: Tramway: un pôle d’échanges revu et corrigé à Sainte-Foy  

Des pôles d’échanges minimalistes  

Illustration courtoisie

Nous sommes loin des pôles d’échanges imaginés initialement par Régis Labeaume. Ce dernier souhaitait y voir des commerces, des cafés et même des garderies. Or, les pôles vont finalement se concentrer sur leur mission première : permettre une attente confortable, puis une montée sécuritaire aux usagers. Le maire de Québec a évoqué des raisons de sécurité pour justifier ce revirement. Il ne faudrait pas qu’une personne mal intentionnée puisse se cacher dans un commerce ou à un endroit peu lumineux, a-t-il illustré. La Ville veut également avoir « les mains libres » et pouvoir réaliser son chantier sans attendre après le secteur privé. De son côté, le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, s’est moqué de « ces gros garages chauffés traversés par des 801 sur rails ».    

Acquisitions en vue  

Illustration courtoisie

Des discussions ont déjà été entamées pour acquérir – de gré à gré ou par expropriation – plusieurs terrains à Sainte-Foy en vue de réaliser le pôle d’échanges. Les terrains, qui sont dans la mire de la Ville et dont le nombre n’a pas été précisé, appartiennent à l’Industrielle Alliance, à la Commission scolaire des Découvreurs, à la Société québécoise des infrastructures et à Couche-Tard. Il est possible que certaines acquisitions soient encore nécessaires dans Saint-Roch, convient la Municipalité du bout des lèvres.    

Campus de Rochebelle revampé  

Illustration courtoisie

Pour des raisons de sécurité, la vitesse du tramway sera limitée à 20 km/h sur les terrains du campus de l’école secondaire de Rochebelle, à Sainte-Foy. On affirme que les croisements seront sécurisés, que les trottoirs seront élargis, qu’il y aura beaucoup de verdure et de pistes cyclables. Les terrains sportifs seront regroupés pour compenser la perte de deux terrains de soccer. Tout juste à côté, sur le boulevard Hochelaga, deux voies de circulation seront ajoutées. On n’exclut pas qu’elles soient un jour réservées aux autobus.     

Virage piétonnier dans Saint-Roch  

Illustration courtoisie

Exit l’automobile sur la rue de la Couronne, qui sera réservée au tramway, aux piétons et à la circulation locale. Le déneigement et la collecte des matières résiduelles seraient ainsi facilités. Des changements d’itinéraires pour l’accès aux résidences et aux commerces du secteur sont à prévoir. « Jamais plus Saint-Roch sera fragile », a lancé le maire Labeaume en insistant sur les bienfaits de cette nouvelle mouture pour le secteur et en parlant régulièrement du concept de route partagée.    

L’éléphant dans la pièce  

Le tunnel Lévis-Québec était, mercredi, l’éléphant dans la pièce lors du point de presse de Régis Labeaume. Le maire a indiqué qu’il faisait sa mise à jour au sujet du pôle d’échanges de Saint-Roch sans tenir compte de cet élément pourtant majeur dans l’équation. M. Labeaume a systématiquement renvoyé les questions sur le troisième lien au ministère des Transports en laissant entendre qu’il ne connaissait pas l’endroit précis de la sortie du tunnel.    

Réactions contrastées  

Une représentation de ce à quoi pourrait ressembler le futur pôle d’échanges de Sainte-Foy.
Illustration courtoisie
Une représentation de ce à quoi pourrait ressembler le futur pôle d’échanges de Sainte-Foy.

L’annonce a créé des remous. Les citoyens du secteur de la rue du Chalutier, dans Saint-Roch, ont l’intention de se faire entendre au BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement), qualifiant la façon dont la Ville les traite d’« inhumaine », avec toute l’incertitude causée. Du côté de l’Industrielle Alliance, qui possède un terrain clé dans le secteur de Sainte-Foy, le vice-président placements immobiliers, Mario Bédard, parle d’une collaboration intéressante avec la Ville, mais avise qu’une entente est loin d’être conclue. IA veut s’assurer qu’elle en tire profit et souhaite une entente de gré à gré. À la Commission scolaire des Découvreurs, plusieurs inquiétudes demeurent, mais le président, Christian Pleau, a l’impression d’obtenir une oreille attentive des autorités municipales.     

Circulation automobile chamboulée   

Illustration courtoisie

La rue Dorchester, qui aura quatre voies, servira à assurer le trafic automobile. Les automobilistes devront changer leurs habitudes de déplacement. Pressé de questions, le maire a systématiquement minimisé la portée de ces changements. Des modifications de certains sens de circulation et une adaptation de la signalisation sont au menu. Aussi, les virages à gauche seront interdits sur Dorchester de 6 h à 18 h. La nouvelle mouture permet d’éviter la création de culs-de-sac dans les rues perpendiculaires à de la Couronne et Dorchester. On prévoit la perte d’une cinquantaine de stationnements dans le coin.    

Réactions enthousiastes  

Sans surprise, Accès transports viables a salué la vision des pôles d’échanges. « Les tracés proposés sont plus directs, au bénéfice des futurs utilisateurs. L’impact positif sur l’aménagement urbain se fera également sentir dans le réaménagement complet de la rue de la Couronne », dit-on. Du côté du groupe J’ai ma passe, le porte-parole Yvon Charest s’est félicité des « impacts positifs qu’auront les aménagements annoncés des pôles Saint-Roch et Sainte-Foy sur la vitesse commerciale du tramway [...]. Le bureau de projet travaille à optimiser la vitesse du tramway en réduisant les détours et les courbes le long du tracé. »    

Budget, échéanciers et trajet  

Illustration courtoisie

Fort discrète sur le coût des nouveaux aménagements, l’administration municipale jure que le budget de 3,3 milliards $ sera respecté. L’abandon du tunnel de 900 mètres, à l’ouest, a permis de réaliser une « économie substantielle », mais le bureau de projet ne veut pas dévoiler les coûts de la nouvelle « structure d’étagement » à construire sur le boulevard Laurier. L’opposition regrette que les travaux sur Dorchester ne fassent pas partie de l’enveloppe globale. Or, le maire a fait savoir que ces travaux auraient de toute façon dû être faits dans les prochaines années. Aussi, le trajet total du tramway sera finalement de 22 km, au lieu des 23 km prévus à l’origine. La livraison est toujours prévue pour l’automne 2026.    

Le BAPE mandaté aujourd’hui  

Courtoisie

  

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, donnera normalement le feu vert aujourd’hui au BAPE pour le début de l’examen du projet de tramway de la Ville de Québec. Les audiences, intégralement en ligne, auront lieu en juillet et en août. Assurant que « la population n’aura pas la tête à ça », Jean-François Gosselin a exhorté le ministre à ordonner que les audiences ne se tiennent pas en plein été.