/news/transports
Navigation

Tracé du tramway: «inhumain», selon les citoyens de Saint-Roch

La Ville de Québec a procédé à d'importantes annonces concernant le pôle d’échanges de Saint-Roch (sur l'illustration) et la transformation du quartier.
Illustration courtoisie Ville de Québec La Ville de Québec a procédé à d'importantes annonces concernant le pôle d’échanges de Saint-Roch (sur l'illustration) et la transformation du quartier.

Coup d'oeil sur cet article

Considérant la façon «inhumaine» dont sont traités les citoyens en marge du tracé dans le secteur de la rue du Chalutier, dans Saint-Roch, un groupe de résidents demandera au BAPE de ne pas accorder à la Ville de Québec l’autorisation pour son tramway avant d’avoir eu des réponses sur les impacts du projet dans le secteur.  

• À lire aussi: Pôle d’échanges de Saint-Roch: la rue de la Couronne réservée au tramway  

• À lire aussi: Pôle d’échanges de Sainte-Foy: des discussions déjà entamées pour les acquisitions de terrains  

• À lire aussi: Tramway de Québec: le ministre Charette mandatera le BAPE jeudi  

L’un des résidents des copropriétés de la rue du Chalutier, Frédéric Dufour, était ébranlé quand Le Journal l’a joint, mercredi, quelques minutes après la fin de la présentation faite par la Ville. Celle-ci a confirmé les informations révélées par Le Journal, suivant lesquelles le tramway, au lieu de bifurquer sur l’autoroute Laurentienne au nord de la rue de la Couronne, traverserait en ligne droite le quartier en face, empruntant la rue du Chalutier, à moins de 10 mètres de certaines habitations. On a parlé d’expropriations, sans préciser où ni quand elles auraient lieu.     

«C’est difficile, pour nous, de regarder ça, en ce moment, et de se faire dire: il y aura peut-être des démolitions. Entre le moment où on se fait dire ça et le moment où il va y avoir une décision, ce sont des dizaines et des dizaines de personnes qui vivent un niveau d’anxiété qui est très important. On considère que c’est inhumain. On ne peut pas jouer avec les gens comme ça. Surtout dans la période où on vit.»     

Au cabinet du maire de Québec, Régis Labeaume, l'attaché de presse François Moisan a cependant confirmé au Journal qu'il n'y a pas de démolitions prévues dans le secteur relativement au projet.    

M. Dufour rappelle que les résidents ne s’opposent pas au tracé. Ils demandent cependant que des études d’impact soient faites avant que le tracé soit déterminé. «On ne s’oppose pas au réseau structurant, mais on considère qu’il y a un camion qui est en train de nous passer dessus. On veut juste être traités de façon humaine.»     

Ils comptent bien demander au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) d’exiger de telles études avant de permettre à la Ville de Québec d’aller de l’avant avec son projet de tramway. Le groupe prépare un mémoire à cet effet. Une pétition sera aussi lancée.     

«Avant d’exproprier des gens, il faut savoir c’est quoi, les impacts. On exige des études d’impact sérieuses sur le projet. On va demander au BAPE de ne pas donner son feu vert avant de les avoir. On demande au BAPE de dire à la Ville de faire ses devoirs comme du monde avant d’aller de l’avant.»     

Il faut noter que le BAPE est un organisme consultatif et qu'il émet des recommandations au gouvernement, qui prend ensuite les décisions au sujet des projets qui sont en analyse. C'est lui ultimement doit permettre sa réalisation, avec ou sans modifications. 

Les citoyens comptent faire pression sur toutes les autorités concernées. Ils se disent déçus du choix de leur députée, Catherine Dorion. Celle-ci, dans une communication aux citoyens, a indiqué qu’elle ne se mêlerait pas du dossier, a indiqué M. Dufour.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.