/news/currentevents
Navigation

Un présumé meurtrier serait finalement apte à comparaître

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Après avoir été jugé inapte à trois reprises en un an et demi, le présumé meurtrier Karl-Emmanuel Villeneuve serait maintenant apte à subir son procès.

Il reviendra en Cour supérieure jeudi, car son état s’est amélioré.

Villeneuve, 22 ans, est accusé du meurtre au premier degré d'Alexandre Larouche, survenu sur la rue Johanna dans le secteur Chicoutimi-Nord, le 29 juillet 2018.

«Ça fait un petit moment qu'il va mieux, a déclaré son avocat, Me Jean-Marc Fradette. Je lui ai parlé. Maintenant, tout va bien. Il est dorénavant prêt à préparer les procédures. C’était l’objectif. Sur une accusation de meurtre, l’accusé doit comprendre ce qui se passe.»

Après trois mois de traitement, son psychiatre et le tribunal administratif ont avisé la Cour supérieure que l'accusé est maintenant apte.

En février, le juge Raymond Pronovost avait demandé au médecin de prendre le temps de le soigner avant de le ramener en cour pour éviter de le déclarer à nouveau inapte.

«Ils étaient prêts depuis quelques semaines à le faire comparaître, mais à la suite de la suggestion du juge à la cour, les médecins ont attendu» a expliqué Me Fradette.

Jeudi, c'est le juge Pronovost qui décidera si Villeneuve est apte ou non.

S'il est jugé apte, l’accusé quittera l'hôpital de Chicoutimi pour être ramené à la prison de Roberval. Ce retour derrière les barreaux inquiète son procureur.

«J'ai des craintes qu'à son retour en détention, Karl-Emmanuel Villeneuve se désorganise. Mais que voulez-vous? Il faut bien qu'un jour, on fasse le procès», a ajouté Me Fradette.

La défense réclamera la tenue rapide du procès pour que l’état de son client puisse tenir jusqu’à cette procédure.

Jeudi, l'audition sur l’aptitude sera faite de façon virtuelle. Le juge, les avocats et l’accusé seront chacun de leur côté devant un écran.

Me Fradette se demande si un procès pourrait être tenu avec cette technique.

«Sentir les témoins devant nous, c'est quelque chose qui est irremplaçable. Je pense qu'on pourrait manquer des éléments importants d'une procédure si on n'était pas en présence des témoins, en présence du juge. Il y a des messages qui s'envoient par les yeux, par le visage» a évalué Me Jean-Marc Fradette.

Karl-Emmanuel Villeneuve a toujours le choix d'être jugé par un juge seul ou devant un jury de 12 citoyens. Cette deuxième option – avec un mécanisme virtuel, des règles de distanciation sociale et l'ajout de 12 personnes – apparait complexe en situation de pandémie.