/news/coronavirus
Navigation

Camps de jour: des municipalités optimistes en Mauricie

Coup d'oeil sur cet article

De nombreux parents attendent avec impatience de savoir si les camps de jour seront ouverts pour leur enfant cet été. Si certaines municipalités n'osent pas encore confirmer qu'il y en aura un, Trois-Rivières, Shawinigan et Louiseville, en Mauricie, font preuve d’optimisme.

• À lire aussi: COVID-19: plus de 1000 nouveaux cas au pays, la majorité au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

«Il y aura des camps de jour, a fait savoir Guillaume Cholette-Janson, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières. On travaille sur différents scénarios. Par exemple, voir le nombre d'enfants qui seront permis par groupe, le nombre de groupes qui seront permis par parc.» 

À Sainte-Anne-de-la-Pérade, les inscriptions ont déjà été prises. À Trois-Rivières, Shawinigan et Louiseville, on attend les indications de Québec avant de le faire, mais le processus d'embauche est presque terminé, assure-t-on. 

Plusieurs camps non opérés par les municipalités sont aussi en attente des exigences du gouvernement. C'est le cas de l'UQTR qui n'entretient pas beaucoup d'espoir de tenir ses camps, surtout son camp sportif. 

Par contre, au Complexe sportif Alphonse Desjardins, on ira de l'avant en s'ajustant aux nouvelles réalités, a indiqué le directeur général, David Labrecque. «Quand on fait la semaine dekhockey, c'est un sport de contact, de proximité alors on sait déjà qu'on ne pourra pas. Par contre, le tennis sera possible», a-t-il expliqué. 

La direction du Complexe a d'ailleurs obtenu l'assurance jeudi matin qu'elle aura droit à une subvention salariale du fédéral, ce qui enlève beaucoup de pression. 

Les municipalités s’attendent à ce que les exigences de Québec soient connues vendredi.