/misc
Navigation

Fin du confinement au Wisconsin: la Cour suprême de l’État tranche

Fin du confinement au Wisconsin: la Cour suprême de l’État tranche
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Victoire majeure pour les nombreux manifestants qui, un peu partout aux États-Unis, s’opposaient à la décision de certains gouverneurs, de reconduire les mesures de confinement. La Cour suprême du Wisconsin a tranché hier. 

Un peu partout sur le territoire américain, on se demande quand et comment déconfiner. Au Wisconsin, le gouverneur démocrate Tony Evers avait décidé de reconduire le confinement jusqu’à la fin mai, apportant malgré tout, au passage, quelques assouplissements. Les élus républicains du Wisconsin ont alors décidé de valider l’étendue du pouvoir du gouverneur dans ce dossier en s’adressant au plus haut tribunal de l’État. 

Si Tony Evers avait bel et bien le droit, en mars, de décréter un confinement, la cour, à majorité conservatrice (4 contre 3), a déterminé que la situation d’urgence ne pouvait être maintenue sur une aussi longue période. Lors d’une période de questions, une des juges avait même référé à la définition de la tyrannie en commentant la décision du gouverneur. Une seule personne, même élue, ne peut brimer les droits des individus et exiger la fermeture des commerces. 

S’il est vrai que gouverner par décret est un exercice risqué et que le respect des droits et libertés est un combat incessant, les avocats de Tony Evers ont défendu la position du gouverneur en arguant que la situation est encore trop précaire, que l’épidémie n’est pas maîtrisée et que les responsables de la santé publique mettent en garde contre une reprise précipitée des activités. 

Malgré le gazouillis victorieux du président américain après l’annonce du jugement, il est important de noter que 70% de la population du Wisconsin partageait la vision de Tony Evers. Ce dernier croit que les citoyens sont plongés en plein chaos. Il déplore que la cour ne considère pas les données scientifiques et l’urgence de la situation. 

Evers et ses adversaires politiques doivent maintenant tenter de s’entendre sur la stratégie à adopter. L’écart entre les deux camps est tel qu’on peut craindre la paralysie, alors que l’épidémie progresse. Même devant une situation catastrophique, le fossé est si important qu’on ne semble pas être en mesure de penser d’abord et avant tout au bien commun. 

Le Wisconsin sera une fois de plus un État pivot en novembre. Biden et les démocrates y ont fait des gains dans les derniers mois et il y a fort à parier que bien des électeurs, les 70% favorables au confinement, se souviendront des manœuvres républicaines et des interventions répétées du président.