/news/transports
Navigation

Le mandat du BAPE pour le tramway débutera le 6 juillet

Les opposants à l’administration espèrent que les audiences soient repoussées

Remise finale
Illustration courtoisie La rue de la Couronne sera réservée au tramway, aux piétons et à la circulation locale.

Coup d'oeil sur cet article

Jugeant que l’étude d’impact de la Ville de Québec est désormais « recevable », le gouvernement du Québec a mandaté jeudi le BAPE pour examiner le projet de tramway à la loupe à partir du 6 juillet. 

• À lire aussi: Rousseau revient à la charge pour un 3e lien entièrement consacré au transport en commun 

• À lire aussi: [PHOTOS] Le tramway va changer le visage de Québec 

• À lire aussi: Tracé du tramway: «inhumain», selon les citoyens de Saint-Roch 

Il est toutefois possible que les audiences publiques débutent quelques jours après le 6 juillet. Ce sera aux futurs commissaires de déterminer le calendrier « de façon indépendante », a indiqué Pierre Turgeon, porte-parole du BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement). 

L’organisme aura jusqu’au 6 novembre, soit quatre mois après le début de son mandat, pour remettre son rapport consultatif au ministre de l’Environnement. 

Contre un BAPE en été  

Dans ce contexte de pandémie mondiale, le BAPE jure être en mesure de tenir des audiences exclusivement en ligne. On affirme toutefois avoir « toute l’agilité et la rapidité nécessaires pour pouvoir réunir des gens dans une salle » si jamais les autorisés sanitaires autorisent de tels rassemblements.

Plus tôt en journée, le conseiller municipal de Démocratie Québec Jean Rousseau a prôné que les séances du BAPE aient lieu au début de l’automne plutôt qu’en juillet et en août. « Il faudrait que l’on puisse avoir des discussions au sein des conseils de quartier et des arrondissements pour que les gens s’approprient le dossier », a-t-il jugé. 

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21, a réitéré sa demande au BAPE de tenir ses audiences en automne. 

Satisfaction à Lévis  

Dans un ordre d’idées connexe, le maire de Lévis a commenté les nouveaux aménagements annoncés mercredi par son homologue de Québec pour les pôles d’échanges de Saint-Roch et de Sainte-Foy. Gilles Lehouillier a d’abord insisté sur le fait qu’il « devra certainement y avoir un arrimage entre le tunnel Québec-Lévis et tout ce qui se fait actuellement » dans le secteur Saint-Roch. 

Il s’est également dit satisfait du nouvel emplacement du pôle d’échanges de Sainte-Foy, non loin de la route de l’Église, et du fait que Lévis ait obtenu que sept quais soient réservés à ses autobus. « On a le scénario parfait, a-t-il jubilé. Il y a au moins 50 à 60 % de l’alimentation de ce pôle-là qui va venir de Lévis. »