/news/coronavirus
Navigation

Une famille de la Suisse s'enracine à Saguenay en confinement

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – La pandémie a convaincu un citoyen de la Suisse d'investir à Saguenay.

Cédric Cornaz est confiné dans la région en compagnie de sa famille depuis la mi-mars. Sa femme, ses quatre enfants et lui sont arrivés au Saguenay le 14 janvier pour faire de la motoneige hors-piste. Ils devaient retourner en Europe le 19 mars, mais c'était impossible à ce moment-là. 

«Nous avons décidé de vivre l'expérience de la pandémie, ici, au Québec. Vous me posez la question: "est-ce que c'est difficile ici"? Non. Pourquoi? Vous êtes adorables, les Québécois. Vous nous accueillez comme si on faisait partie de la famille», s'est exclamé Cédric Cornaz, le sourire aux lèvres. 

L’homme d’affaires est un promoteur immobilier qui a bien réussi en Suisse, assez pour ne plus travailler depuis sept ans. 

Un de ses amis est actionnaire dans l’entreprise Phare Médica à Saguenay, un fabricant d'équipements et distributeur de gel désinfectant. 

Quand Cédric Cornaz est allé le saluer, il a décidé d'investir dans sa compagnie. «J'ai eu quatre jours pour prendre une décision. Ce n'est pas une petite somme qui a été investie. On parle de plusieurs millions. C'est plus que deux et moins de dix (millions). Voilà. Une réponse bien suisse. On a besoin de gel. Tout le monde. Vous, moi. La première chose que je fais en rentrant dans mon pick-up, c'est de me désinfecter les mains. Quand j'ai vu ça, je me suis dit, c'est maintenant qu'on doit le faire.» 

L’enthousiasme du citoyen suisse a été contagieux. Avant d’investir, il a convaincu un copain saguenéen vivant aujourd’hui en Suisse d'embarquer avec lui dans l’aventure. 

«Je lui ai téléphoné et je lui ai dit: "écoutes, t'as quatre heures pour prendre la décision. Tu pars avec moi? On investit dans cette entreprise. Je te promets, c'est extraordinaire. Viens, on fonce". 3h59 plus tard, il m'a téléphoné en me disant: "tu es fou, mais je pars avec toi".» 

Il a été persuasif aussi avec un autre ami de Saguenay qui est dentiste. «Je lui ai dit, tu ne fais rien. Ton cabinet est fermé. Entre dans l'aventure avec nous. Tu verras. On est des fous.» 

Cet ami, Bernard Desgagnés, a été charmé par son enthousiasme. «À cause de la personne qu'il est, ç'a été ça. À cause d'une confiance mutuelle et d'une envie de développer quelque chose. Je n'aurais jamais pensé à ça, la veille», a admis le dentiste Desgagnés. 

Depuis quatre mois, la famille suisse vit dans sa propre résidence secondaire dans le secteur Laterrière, à Saguenay. Les enfants ne se plaignent pas. «On a beaucoup d'espace pour jouer dehors. Il y a aussi la nature. On a beaucoup de forêt autour», a dit le deuxième enfant de la famille, Kevin Cornaz. 

La mère, Évelyne Cornaz, fait l'école à la maison aux quatre enfants et elle leur organise diverses activités extérieures sur leur terrain. Jeudi, le choix du jour n’était pas un hasard. Les Cornaz ont fait du jardinage. 

«On a fait ça pour que notre temps ici soit un temps agréable. Le fait de planter des plantes permet de voir comment la plante s'enracine dans sa terre. Psychologiquement, c'est important pour les enfants, surtout pour la dernière (fille la plus jeune), de se sentir chez soi», a indiqué Évelyne Cornaz. 

La famille espère rejoindre l'Europe en juillet.