/sports/others
Navigation

Cyclisme: de l’air frais pour Hugo Houle

SPO-Conf de presse des Grands Prix cyclistes
Photo d'archives, Agence QMI Hugo Houle

Coup d'oeil sur cet article

Libéré depuis lundi du confinement strict qui prévalait en France depuis le 18 mars, Hugo Houle s’est fait un grand plaisir d’enfourcher son vélo pour une sortie à Monaco, où il réside.

« Ça fait du bien au moral de sortir prendre l’air, a raconté le coureur de la formation Astana. Ça fait deux mois que je pédale sur mon rouleau sur mon balcon. Le confinement était strict, et comme coureur professionnel, je n’avais aucune raison pouvant justifier que je sorte. »

« C’est encore limité et je ne peux pas aller en Italie parce que les frontières sont encore fermées, mais je peux m’amuser en masse, de poursuivre Houle. Il y a beaucoup de cols dans les environs. Je veux faire un retour progressif afin d’éviter les blessures. Les rassemblements sont toujours interdits, mais il y a moyen de bien rouler. »

Ce retour sur le bitume ne signifie pas, loin de là, qu’il repart de zéro. « Je pars sur de bonnes bases, a-t-il mentionné. La forme est bonne et je vais retrouver un bon niveau rapidement. Pendant le confinement, je roulais une quinzaine d’heures par semaine. Maintenant qu’on peut rouler à l’extérieur, je vais faire des semaines oscillant entre 22 et 28 heures. Il faut y aller avec modération. Ça ne donne rien d’être en feu actuellement. L’objectif est d’être au sommet lors du début du camp »

Camp d’entraînement

Même s’il était confiné à son appartement, Houle ne se plaint pas de son sort. « Il y a des gens qui ont vécu le confinement pas mal plus dur que moi, a-t-il résumé. Je n’ai pas de raisons de me plaindre. La présence de ma copine a aussi fait une bonne différence. J’étais en bonne compagnie. »

Pendant le confinement, Houle est demeuré en contact constant avec la direction technique et ses coéquipiers. « Ils voulaient s’assurer que le moral des gars était bon, a-t-il expliqué. On a reçu un programme d’entraînement et nous étions suivis en ligne. Ça ne faisait pas un gros changement. »

Pour le moment, le plan prévoit un camp d’entraînement au début juillet et le début des courses au début août. « Je garde espoir qu’il y aura une saison, a-t-il indiqué. Si ce n’est pas le cas, ça signifiera qu’il y aura des conséquences majeures dans le monde en raison de la pandémie. »

« Nous ne sommes jamais à l’abri que le commanditaire principal se retire, mais l’équipe repose sur des bases solides, de poursuivre Houle. Nous avons accepté une baisse de salaire de 30 pour cent pour aider nos partenaires, mais il n’a jamais été question que l’équipe était en danger. On doit retrouver notre plein salaire quand les courses vont débuter. »