/opinion/columnists
Navigation

Lettre à MM. Legault et Arruda

Coup d'oeil sur cet article

Voilà maintenant deux mois que le Québec est confiné. Deux mois pendant lesquels la population a bu vos paroles sans questionner votre jugement. 

Or, vous nous avez leurrés sur la question des masques et vous avez échoué à protéger les plus vulnérables. Le scandale des CHSLD ne fait d’ailleurs que débuter ! 

Questions 

Certes, vous n’aimez pas les gérants d’estrade. Mais tant que nous tolérons votre autoritarisme sanitaire, vous devez répondre à nos questions. En voici quelques-unes : 

1. Puisque 85 % des décès se produisent en milieux fermés sous la responsabilité de l’État, nos aînés sont-ils morts du virus ou du manque de soins ? 

2. Quel est le taux de mortalité chez les malades sans comorbidités ? 

3. Le Maroc a été capable de transformer son industrie pour produire 7 millions de masques par jour et même d’en exporter. Pourquoi pas nous ? 

4. Vous affirmez qu’il n’existe aucun traitement prouvé pour la COVID. Faut-il comprendre qu’aucune thérapie n’est tentée pour sauver les malades ? 

5. Si vous recommandez un traitement, en fonction de quels critères le choisissez-vous ? 

6. Pourquoi un pays comme Israël, avec une population similaire à celle du Québec, arrive au bout de son épidémie avec 264 morts ? Sur quel traitement ce pays a-t-il parié et quand pourrons-nous également en bénéficier ? 

7. Vous invoquez les modèles qui annoncent des catastrophes dans l’éventualité d’un déconfinement. Mais avez-vous des modèles sur les dommages collatéraux liés à la prolongation du confinement (santé mentale, etc.) ? 

8. Les hôpitaux fonctionnent au ralenti : des diagnostics sont reportés, des traitements et des interventions chirurgicales sont annulés. Des malades sont en danger. Combien de morts allez-vous donc tolérer sous prétexte de sauver des vies ? 

Transparence 

La situation est certes exceptionnelle. Mais vous ne pouvez esquiver les questions embarrassantes. Car sachez que si nous sommes coopératifs, nous ne sommes pas pour autant imbéciles !