/news/coronavirus
Navigation

Levée des points de contrôle: toujours beaucoup d’inquiétude

Levée des points de contrôle: toujours beaucoup d’inquiétude
TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

La levée des points de contrôle dans le Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, lundi, continue de préoccuper la population et les élus.   

• À lire aussi: COVID-19: le manque de personnel, le «grand défi» du réseau de la santé  

• À lire aussi: COVID-19: 50 nouveaux décès, un million de masques pour la Ville de Montréal  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus  

Selon eux, une réouverture plus graduelle aurait dû être privilégiée par les autorités.    

Cependant, la levée du point de contrôle entre le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie facilitera la vie de bien des résidents de la Haute-Gaspésie.    

Celui-ci est installé à la limite entre Cap-Chat et Les Méchins depuis le 28 mars dernier.    

Les liens économiques avec le secteur de Matane sont importants. Plusieurs citoyens s’y rendent pour obtenir des services dans des commerces qu’ils ne retrouvent pas chez eux.    

C’est la levée du barrage policier de La Pocatière, à l’entrée du Bas-Saint-Laurent, qui suscite beaucoup de mécontentement.    

«Dans le cas de La Pocatière, c’est unanime. On aurait aimé se donner deux semaines de jeu pour voir comment se comporte la pandémie, comment ça se déroule [...] Tout ça pour s’assurer qu’on y va prudemment. Je pense qu’on n’est jamais trop prudent, donc, on aurait dû prendre la décision de retarder, mais il n’est pas trop tard pour le faire», explique le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier.    

Il a multiplié les représentations auprès du gouvernement pour retarder la fin du contrôle routier de La Pocatière.    

Les citoyens que TVA Nouvelles a rencontrés souhaitent que ce point de contrôle soit maintenu au-delà du 18 mai.    

«C’est un peu trop tôt. Tu commences par A, B, C, D, jusqu’à Z», explique un citoyen rencontré par TVA Nouvelles à Cap-Chat.    

«Moi, je pense que c’est un peu tôt pour la levée. Faudrait patienter quelques semaines, question de voir ce qui va se passer au niveau épidémiologique», ajoute un autre citoyen.    

Les autorités répètent que, malgré la levée des points de contrôle, il faut éviter les déplacements entre les régions.   

La santé publique locale aurait souhaité le maintien des points de contrôle 

Gilles Turmel | TVA Nouvelles 

RIMOUSKI | Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent aurait souhaité le maintien des points de contrôle à l’entrée de la région. 

Ces points de contrôle seront levés comme prévu lundi prochain. «Si le gouvernement me demandait: “Est-ce que vous êtes d’accord à ce qu’on laisse le barrage là lundi?” je vais dire oui», a affirmé vendredi matin le Dr Sylvain Leduc. 

Il soutient avoir fait toutes les représentations possibles auprès de la Direction nationale de la santé publique et du gouvernement Legault, mais sans succès. 

Le Dr Leduc rappelle toutefois que les déplacements entre les régions et entre les villes doivent demeurer limités. Il ne les encourage surtout pas. Mais si jamais des gens de l’extérieur venaient dans le Bas-Saint-Laurent, dans leurs résidences secondaires, par exemple, il leur demande de s’imposer une quarantaine. 

Au cours des prochains jours, ces propriétaires de résidences secondaires seront contactés et invités à prendre leurs responsabilités. 

Mais le Dr Leduc ne fait pas de cachettes: si le Bas-Saint-Laurent n’a enregistré aucun cas pendant 16 jours et qu’il en compte sept de plus dans la dernière semaine, c’est qu’il y a plus de mouvements interrégionaux. 

«Les cas qui surviennent le sont toujours par des échanges avec des gens d’autres régions. La compréhension que les gens doivent avoir, c’est que ce n’est pas parce qu’il y avait un barrage qu’il n’y avait personne qui passait», a expliqué le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent. 

Mais le Dr Leduc se montre rassurant. La situation épidémiologique sera suivie de près et, si elle dégénère avec une explosion de nouveaux cas, il pourrait demander la remise en place des points de contrôle. 

En attendant, il incite les résidents du Bas-Saint-Laurent à ne surtout pas baisser la garde et à appliquer sans relâche les mesures recommandées, comme le lavage des mains, l'espacement physique et le port du masque en public. 

Il soutient, enfin, que la stratégie de dépistage va demeurer la même, puisqu’elle a été efficace jusqu’à maintenant. Quelque 4000 tests ont été réalisés au cours des deux derniers mois dans le Bas-Saint-Laurent et seulement 1% des individus testés ont été déclarés positifs. 

À VOIR AUSSI   

  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com