/misc
Navigation

Masque et virilité

Masque et virilité
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Le titre peut vous sembler un peu trivial, mais, depuis quelques jours, je croise des articles sur le sujet. Le plus récent a été publié dans le magazine The Week. 

Vous avez entendu cette semaine le premier ministre François Legault qui suggérait fortement d’ajouter le port du masque aux autres mesures d’hygiène. Les responsables de la santé publique aux États-Unis l’avaient déjà fait et les réactions à cette mesure sont mitigées. 

Comment expliquer qu’une mesure aussi simple et peu contraignante suscite la controverse? Après tout, le masque ne brime pas notre liberté de mouvement, il affecte bien peu l’ensemble de nos activités professionnelles ou personnelles et il indique que la protection de la santé des autres nous préoccupe.  

Si je compte procéder à l’achat de masques très bientôt, c’est que j’y vois un côté rassurant pour les gens que je croise, malgré le confinement, ainsi qu’un outil supplémentaire pour limiter la propagation du virus. Notre arsenal est ainsi un peu plus complet et l’application de la mesure a été bénéfique à plusieurs endroits. Jamais, je l’avoue, je n’ai associé ma «virilité» à la réflexion! 

Il semble cependant que, pour certains commentateurs conservateurs, on associe le masque à la peur. En porter un fait de vous un peureux. Vous vous souvenez peut-être qu’en début de semaine le président Trump affirmait qu’il n’en porterait pas, justement pour une question d’image. Peu importe que le virus circule maintenant dans les murs de la Maison-Blanche et que des membres de l’administration soient maintenant en confinement, il ne saurait être question de dégager une image de faiblesse! 

Ai-je désormais moins de respect pour François Legault ou Danielle McCann parce qu’ils se sont présentés masqués au point de presse? Non, je m’étonnais qu’ils ne l’aient pas fait avant! Je n’y ai pas perçu un geste de panique ou une démonstration de faiblesse, plutôt l’application prudente d’une mesure peu coûteuse. 

Il semble y avoir, chez certains analystes, une curieuse fascination pour l’image que doit projeter un homme. Si nous sommes, comme le président, des guerriers dans cette lutte acharnée contre le virus, il faudrait ignorer les avis des experts et défier toute logique pour nous exposer le plus rapidement possible? À la rigueur, si la décision n’impliquait que notre petite personne, je pourrais appuyer, mais nos choix ont aussi des répercussions pour les autres. 

Je ne sais pas comment vous définissez la masculinité ou la virilité. Cette définition a d’ailleurs bien évolué au fil des périodes historiques. Comme le souligne Bonnie Kristian dans son texte, je relève un trait qui semble traverser les âges: le désir de protéger.  

J’enseigne à de jeunes hommes et de jeunes femmes. Si je souhaite une société égalitaire, je constate quotidiennement des différences dans leurs comportements. Je n’ai jamais cru qu’on pouvait – encore moins qu’on devait – gommer toutes ces différences, mais je demeure convaincu qu’on doit encourager des valeurs communes. Un homme, comme une femme, se doit d’abord d’être responsable. 

Est-il moins viril de protéger les autres? De prendre soin des plus démunis? Prendre soin des autres n’exigerait donc aucun courage, aucune détermination? J’ai grandi entouré de modèles masculins forts. Des hommes qui travaillaient dur dans des tâches ardues. La force physique y était admirée. Pourtant, chacun de ces hommes était capable de compassion, de modestie, d’honnêteté et d’affection. On ne se plaignait pas pour rien, mais pleurer n’était pas une honte. 

Je ne me sens donc pas diminué parce qu’on me suggère de porter un masque et je le ferai tant et aussi longtemps que les experts y verront une mesure efficace de plus pour nous permettre un retour progressif à la vie normale. Je ne le ferai pas pour moi, je le ferai pour protéger, pour rassurer ceux et celles qui sont plus fragiles ou inquiets, ou pour contribuer à la relance économique. Et vous? 

Je vous laisse ici le lien vers l’article de Bonnie Kristian qui m’a inspiré ce billet.