/news/provincial
Navigation

Le coup fatal pour une boulangerie de l’avenue Cartier

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie a été le coup de grâce pour une boulangerie de l’avenue Cartier qui a déclaré faillite récemment. Endettée, la succursale des Moulins La Fayette située à la hauteur de la rue Crémazie ne rouvrira pas une fois la crise passée.

• À lire aussi: Un peu d’air pour les marchands

« C’est une conjoncture d’événements et, évidemment, la COVID-19 est venue sceller l’affaire, si on peut dire. Alors, on a décidé, malheureusement, de se mettre en faillite », confirme au Journal l’un des propriétaires, Stéphan Matte.

Cette décision ne concerne pas les autres points de vente de la chaîne, notamment ceux de la rue Grande-Allée et de Baie-Saint-Paul qui appartiennent aux mêmes gens d’affaires, et qui poursuivent donc leurs opérations.

Défis de rentabilité

Près de deux ans après son ouverture, le commerce de l’avenue Cartier avait pour sa part accumulé des passifs de près 350 000 $.

La boulangerie s’était construite depuis deux ans une clientèle fidèle et honorable, que M. Matte tient d’ailleurs à remercier, mais ça ne l’a pas empêché de connaître des défis de rentabilité dès le début, que la pandémie n’a fait qu’exacerber.

Aides insuffisantes

L’achalandage s’est effondré depuis la mi-mars et les aides gouvernementales, qui prennent pour la plupart la forme de prêts, ne sont pas suffisantes, d’après Stéphan Matte.

« [Le prêt], il va falloir le rembourser un jour [...] alors à un moment donné tu te dis : on n’en viendra jamais à bout, parce que les marges ne sont pas très grandes dans ce domaine-là », dit-il.

La baisse du tourisme et les travaux de réfection qui toucheront l’avenue Cartier cet été ont aussi incité les propriétaires à mettre un terme à cette aventure.