/finance/business
Navigation

Les éleveurs se sentent pris au piège

Pierre-Luc Nadeau, propriétaire de la Ferme Deaunier à Saint-Isidore, en Beauce.
Photo Stevens LeBlanc Pierre-Luc Nadeau, propriétaire de la Ferme Deaunier à Saint-Isidore, en Beauce.

Coup d'oeil sur cet article

Un éleveur de veaux de lait d’une ferme de septième génération lance un cri du cœur pour que les consommateurs achètent son veau 100 % québécois à l’épicerie pour éponger ses pertes.

• À lire aussi: Des congélateurs qui débordent de côtes de veau

« On y goûte. Pas par manque de capacité d’abattage, mais parce que les congélateurs des abattoirs sont pleins », déplore Pierre-Luc Nadeau, propriétaire de la Ferme Deaunier de 800 veaux à Saint-Isidore, en Beauce.

Fondée en 1846 par ses ancêtres, la ferme laitière qui s’est tournée vers le veau depuis deux générations a un chiffre d’affaires de 3 M$. Mais depuis que la demande pour sa viande s’écroule, M. Nadeau doit continuer à payer ses fournisseurs, ses factures, ses intrants... ce qui fait exploser ses coûts de production. 

« Je perds 30 000 $ chaque fois que j’envoie un camion à l’abattoir. Ça va être mon troisième la semaine prochaine », dit l’éleveur.

100 % local et québécois

Même si à l’opposé du bœuf ou du porc, le veau peut toujours prendre le chemin de l’abattoir, ceux-ci débordent de viande depuis que les restaurants et les hôtels ont cessé leurs activités. Résultat, les stocks sont pleins... et les prix dégringolent. Pris en sandwich, l’éleveur lance aujourd’hui un cri du cœur aux Québécois pour qu’ils l’aident à passer au travers de ce moment.

« On existe. On est 100 % local et québécois. On veut notre place en épicerie. Il faut que les consommateurs le demandent. Le veau a toujours été considéré comme étant une “protéine de luxe”. Il faut casser ça », conclut-il.

L’an dernier, plus de 75 % de la production de veau au pays venait du Québec. Cent pour cent du veau de lait vient de la province et 60 % du veau de grain. 

Rappelons que près de 95 % des veaux du Québec sont abattus ici et plus de 80 % sont exportés vers d’autres provinces ou d’autres pays, selon Les Producteurs de bovins du Québec.