/sports/racing
Navigation

L’écurie de Lance Stroll opportuniste?

L’écurie de Lance Stroll opportuniste?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

De l’avis du directeur de Renault Cyril Abiteboul, l’écurie du Québécois Lance Stroll, Racing Point, dissimule ses véritables intentions en militant pour un nouveau report, voire une annulation pure et simple, des nouveaux règlements prévus en 2022.

Ayant visiblement trouvé un filon en s’inspirant de la monoplace W10 de Mercedes, championne du monde en 2019, Racing Point semblait en bonne posture lors des essais hivernaux.

Mais en raison de la pandémie de COVID-19, Stroll et son coéquipier Sergio Perez n’ont pas été en mesure de prouver en course la valeur de leur voiture rose. La Formule 1 a également repoussé à 2022 le nouveau règlement technique qui doit chambouler complètement le plateau.

Le directeur de l’écurie Otmar Szafnauer avait ensuite remis en question la nécessité de procéder à ce changement, affirmant que l’état actuel des choses permettait de «bonnes courses». Mais selon Abiteboul, Racing Point souhaite principalement tirer profit de la situation.

«J'imagine qu'Otmar dit ça car il sait qu'il a une voiture très compétitive actuellement et que s'il y a un changement réglementaire, il ne sera pas capable de retrouver ce qu'il a, c'est très clair. Prolonger ce cycle réglementaire, c'est leur tactique depuis le premier jour», a dit Abiteboul récemment au site officiel de la F1.

«Je ne suis pas d’accord, pas seulement parce que c’est une écurie qui est probablement notre adversaire le plus direct cette année. Je ne suis pas d’accord simplement parce que la F1 a besoin d’évoluer et quand tout le monde sortira de cette crise, tant du point de vue de la santé que du point de vue économique, il y aura une forte concurrence entre les sports pour retrouver le momentum pour attirer les partisans.»

Contestation en vue

Par ailleurs, Renault a été l’une des équipes qui ont critiqué l’approche de Racing Point dans son processus de conception pour la monoplace 2020. Les ressemblances sont frappantes avec la W10 de Mercedes, mais Racing Point affirme avoir respecté le règlement.

Renault entend bien vérifier cette information tôt ou tard.

«Nous allons penser et parler de la légalité de [la voiture de] Racing Point plus tard. Je ne fais pas de menaces, je dis simplement qu’il fait avoir une approche plus stratégique dans les circonstances actuelles», a fait valoir Abideboul.