/weekend
Navigation

Un retour dans l’univers des séries télé

Tonino Benacquista
Photo courtoisie Tonino Benacquista

Coup d'oeil sur cet article

Avec Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une, l’écrivain français Tonino Benacquista nous permet de retrouver un tout petit peu l’univers de Saga, le livre qui l’a rendu célèbre de par le monde.   

Honnêtement, qui n’a pas aimé Saga ? Relatant les péripéties de quatre scénaristes chargés d’écrire une série télé dans laquelle ils peuvent tout se permettre à condition que ça ne coûte pas un sou, ce roman a été le gros coup de cœur d’un nombre indicible de lecteurs. Et même s’il a été publié en 1997, bien des gens continuent à le citer en exemple.   

« C’est un roman dont on me parle souvent quand je suis en dédicace et ça m’étonne toujours parce qu’il a été écrit bien avant l’internet, les réseaux sociaux et le numérique, précise Tonino Benacquista, qu’on a pu joindre au téléphone à Paris début avril. Le monde d’il y a 23 ans est un tout autre monde, et un jeune qui lirait ça aujourd’hui se dirait que c’est carrément néanderthalien ! À l’époque, j’avais voulu faire un bouquin dans lequel on allait voir des raconteurs d’histoires au travail et en ce sens, Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une [son tout nouveau roman !] fait écho à Saga. »    

Attention, il ne s’agit pas ici d’une suite, mais d’un prolongement. La nuance ? Un contexte totalement différent. Sans oublier le ton, nettement plus grave. En revanche, il y sera encore question de séries télé. « Depuis Saga, il s’est passé énormément de choses sur le plan séries, poursuit l’écrivain. À tel point qu’on ne dit plus “t’as vu tel film ?” mais “t’en es à quelle saison ?”. C’est un phénomène qui me dépasse un peu et je me suis interrogé sur toute cette avalanche de fiction, ainsi que sur ceux qui la reçoivent, l’absorbent. »    

Au lieu de nous entraîner dans les coulisses des tournages télé, Tonino Benacquista s’est donc cette fois amusé à braquer sa lorgnette sur les téléspectateurs !   

<b><i>Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une</i></b><br/>
Tonino Benacquista<br/>
Éditions Gallimard<br/>
214 pages
Photo courtoisie
Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une
Tonino Benacquista
Éditions Gallimard
214 pages

D’un épisode à l’autre  

En se plongeant dans Toutes les histoires d’amour ont été racontées, sauf une, on apprendra ainsi que Léo a disparu du jour au lendemain. Un coup dur pour le narrateur, qui aimerait bien pouvoir bientôt revoir son vieil ami.    

À la suite d’un drame personnel qui l’a laissé en très piteux état, Léo a en effet préféré fuir le monde réel pour se réfugier dans la fiction. Loin de se douter que ça allait sous peu devenir la norme, il a ainsi délibérément choisi de se confiner dans un studio parisien. Où il passe tout son temps à regarder des séries télé, seul remède assez puissant pour apaiser simultanément souffrances morales et ressentiment.    

À l’instar de Léo, on suivra donc en parallèle les tribulations d’un égocentrique romancier britannique qui, dans le tout premier épisode de la série Les chapitres de la vie d’Harold, promettra une magnifique histoire d’amour à la femme qu’il a jadis aimée. On s’attachera aussi très vite au héros d’Homeless Rich, un riche homme d’affaires de Wall Street se transformant toutes les fins de semaine en mendiant. Quant aux personnages cabossés de Ceux du dôme, ils parviendront à nous surprendre à chaque épisode avec leurs témoignages d’alcooliques très, très loin d’être repentis.     

Des séries qui existent vraiment ? Que nenni. Ayant déjà travaillé sur les scénarios de plusieurs films, Tonino Benacquista était particulièrement bien placé pour camper l’intrigue de tous ces feuilletons télévisés.     

L’envers du décor  

« J’ai créé toutes ces séries en cours de route selon les besoins, explique Tonino Benacquista. Je voulais faire en sorte qu’il y ait pas mal de diversité : des choses drôles et des choses plus réalistes, avec une permissivité dont je ne pourrais pas bénéficier si j’essayais de les proposer à des producteurs. Dans le roman, j’ai pu inventer des séries qui seraient impossibles à faire dans le monde réel. Je les ai créées une par une en me disant que si celle-ci ou celle-là existait, ça m’amuserait. Mais d’un point de vue technique, ça a été un exercice assez difficile parce que je ne voulais pas lasser le lecteur. Alors des fois on a le principe, pas le détail des épisodes. »   

L’autre difficulté ? Trouver des sujets de séries qui, à travers leurs personnages, allaient permettre à Léo de ressentir une vaste gamme d’émotions. « Léo n’est pas quelqu’un qui essaie de s’oublier, ajoute Tonino Benacquista. Il ne vit pas des aventures par procuration. C’est plutôt quelqu’un qui va avoir recours à la fiction quand il n’y a plus rien d’autre et après, il va retourner réconcilié, apaisé dans le monde réel. » Ce qu’on a fait, nous aussi.    


♦ Ce livre est actuellement seulement offert en format numérique