/news/coronavirus
Navigation

Le bilan s'alourdit au CHSLD de Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | L'éclosion de COVID-19 continue de s'alourdir au CHSLD Cloutier-du-Rivage de Trois-Rivières.

Six personnes sont décédées seulement ce week-end dans cet établissement, ce qui représente la moitié des décès survenus durant les 48 dernières heures en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Depuis vendredi, 13 résidents et 11 employés de plus ont été déclarés positif au coronavirus.

Au total, 119 cas ont été recensés dans ce CHSLD depuis le début de la pandémie.

Sous le couvert de l'anonymat, une dame a confié à TVA Nouvelles que sa belle-mère de 87 ans a été transférée en soins palliatifs lundi matin, deux semaines après avoir contracté le virus.

«C'est inquiétant, nous sommes dans l'inconnu! Depuis que cette partie du CHSLD est infectée, ce n'est pas la même réalité. On ne veut pas que la mère de mon conjoint souffre», a-t-elle confié.

Une proche aidante, qui vient prendre soin de sa mère de 80 ans chaque jour, partage son opinion.

«C'est une semaine difficile. C'est la première fois en deux mois que je peux venir de nouveau aider ma mère. Mon but, c'est de lui donner une deuxième vie. L'amour que j'ai pour elle est plus important pour moi que le risque que je prends pour être ici», a indiqué cette qui désire également garder l’anonymat.

À Trois-Rivières, la situation est aussi critique au CHSLD Saint-Joseph, où on enregistre 2 nouveaux décès depuis dimanche.

Premier cas à la prison de Trois-Rivières

Par ailleurs, un premier cas de COVID-19 a été confirmé lundi matin à la prison de Trois-Rivières. C'est une gestionnaire en cuisine qui a contracté le virus.

La direction de la prison cherche actuellement à identifier avec qui cette personne infectée a été en contact.

Mais pour le syndicat, la prison n'était pas prête pour ce genre d'enquête.

«Il y a déjà des mesures qui ont été prises, mais nous sommes inquiets que la situation devienne semblable de celle de Montréal il y a quelques semaines. La direction se doit de tester rapidement et de trouver avec qui la personne infectée a été en contact», a imploré Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec.

Pour l'instant, le déplacement des prisonniers est limité à l'intérieur des murs de l’établissement. De plus, une quarantaine de 14 jours est maintenant obligatoire pour les détenus nouvellement arrivés.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com