/news/coronavirus
Navigation

Les centres commerciaux vont devoir attendre

Coup d'oeil sur cet article

­Les centres commerciaux du Québec devront continuer de patienter en regardant ceux de plusieurs autres provinces déjà rouverts.  

• À lire aussi: Retour à la normale dans des commerces et les hôpitaux  

• À lire aussi: Grand Montréal: Montréal va recommencer à vivre  

• À lire aussi: Joie teintée de prudence à l’annonce de la réouverture des garderies  

Après des semaines d’hésitation, le premier ministre François Legault a donné le feu vert hier à la réouverture des commerces de la Communauté métropolitaine de Montréal à compter du 25 mai.   

Cette permission s’adresse aux détaillants des 82 villes de la CMM, à l’exception de ceux qui se trouvent dans des centres commerciaux, sans accès direct vers l’extérieur.  

D’autres faillites  

Au cours des dernières semaines, des chaînes québécoises, dont l’essentiel des boutiques est situé dans de tels mails, ont crié leur inquiétude devant leur incapacité d’ouvrir tandis que d’autres, comme Dollarama et Canadian Tire, continuent d’y faire des affaires d’or.  

Il y a deux semaines, Aldo s’est placé à l’abri de ses créanciers. Le Conseil québécois du commerce de détail et le secrétariat de la grappe de l’industrie de la mode, ont soutenu que d’autres chaînes risquaient de se résigner au même geste, advenant un trop long confinement.  

Qu’à cela ne tienne, suivant l’avis de la santé publique, Québec a choisi pour l’heure de garder les centres commerciaux fermés. Une décision qu’Ivanhoe Cambridge, filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec et l’un des plus grands propriétaires de centres commerciaux au Canada, respecte sans signe apparent d’impatience.   

Ouverts dans l’Ouest  

« Notre priorité absolue est vraiment la santé et la sécurité de nos commerçants, de leurs employés et de leurs clientèles, a réagi hier sa directrice des Affaires publiques, Katherine Roux Groleau. Nous continuons de nous préparer et lorsque le gouvernement du Québec nous permettra d’ouvrir, nous serons prêts. »  

Il faut dire que l’entreprise a déjà l’expérience de la réouverture de nombreux centres commerciaux en Alberta et au Manitoba, où les gouvernements furent plus prompts à la reprise. Quant à ceux de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse, ils n’ont jamais fermé.   

Le Fonds de placement immobilier Cominar, qui possède le Centre Laval et le Centre Rockland à Montréal, n’a pas répondu à nos demandes d’entretien.