/sports/hockey
Navigation

Matt Duchene ne veut pas d’une «coupe COVID»

Matt Duchene ne veut pas d’une «coupe COVID»
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquant des Predators de Nashville Matt Duchene n’a rien contre l’idée de reprendre la saison 2019-2020 ou de tenir des séries éliminatoires, mais il aimerait que le format de compétition reste le plus fidèle possible à ce qu’il est normalement. 

Pour l’Ontarien, il en va de l’intégrité de ceux qui gagneront cette hypothétique coupe Stanley. Pour l’instant, le scénario circulant le plus serait une reprise des activités suivant la formule d’un tournoi qui contiendrait 24 équipes. Et Duchene n’est pas pleinement convaincu par ce qu’il lit et entend. 

«En premier lieu, ça doit être sécuritaire pour les joueurs, les entraîneurs, les employés, a-t-il indiqué, mardi, dans une entrevue à la radio de Sportsnet. On ne peut pas prendre le risque que quelqu'un attrape cette affaire-là. Ce sera notre plus gros défi et pour n'importe quel autre sport. Les gars ont des familles, de jeunes enfants. Je pense qu'il ne faut pas placer le sport, la "business" du sport au-dessus de ça.» 

«Pour ce qui est du format, je pense que l'intégrité de notre sport doit être maintenue», a affirmé l’ancien des Sénateurs d’Ottawa. 

Rappelant que remporter la coupe Stanley implique normalement d’immenses sacrifices et efforts sur toute une saison et plus de 20 matchs en séries, Duchene croit que «tout ça doit être maintenu autant que possible». 

«Je doute qu'on soit capable de faire ça à 100 % si on doit revenir, a-t-il admis. J'aimerais que le format soit aussi traditionnel que possible.» 

Non à un tournoi de 24 clubs

Le joueur de 29 ans n’est pas ailleurs pas certain qu’un tournoi à 24 équipes soit une bonne idée. 

«Évidemment, il n'y a pas de façon juste de déterminer qui devrait y participer ou non parce que la saison n'a pas été jouée en entier, mais disons qu'il y aura des perdants dans tout ça, a-t-il illustré. J'aimerais que ce soit traditionnel. Des séries à 16 équipes, avec des 4 de 7, peut-être en jouant plus fréquemment parce que les gars vont être reposés.» 

«Je pense qu'il faut conserver autant d'intégrité que possible: je ne veux pas une coupe COVID, a-t-il résumé. Je serais inquiet qu'on force le retour au jeu et que ce soit alambiqué, pas tout à fait correct.» 

«Ceux qui gagneront la coupe verront des gens tenter de leur enlever ça pour le reste de leurs jours et ils ne méritent pas ça», a-t-il également avancé. 

En bonne position

Les Predators étaient en voie de participer aux séries avant la pause forcée liée à la pandémie de coronavirus et l’équipe, selon Duchene, avait ce qu’il faut pour aller loin. 

«La raison numéro 1 pour laquelle j'avais signé à Nashville, c'était la formation, l'équipe que David Poile avait bâtie, a-t-il rappelé. Je pense vraiment qu'on a une chance de gagner la coupe. On a une tonne de gars qui sont à leur apogée et c'était très attirant pour moi; ce l'est encore.» 

Duchene, qui a accumulé 42 points en 66 matchs dans ce qui était sa première saison au Tennessee, a admis que l’équipe avait eu ses hauts ses bas, mais qu’elle recommençait à retrouver son aplomb lors des trois ou quatre matchs précédant l’interruption de la campagne.