/news/provincial
Navigation

Tunnel du tramway: Labeaume assure qu’aucun immeuble ne va «s’écrouler» dans la côte d’Abraham

Le maire de Québec Régis Labeaume
Photo Simon Clark Le maire de Québec Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume assure que la construction du tunnel pour le tramway, sous la côte d’Abraham, ne présente aucun danger pour les immeubles vétustes du secteur, banalisant la mise en garde d’un ingénieur qui croit le contraire. 

Le Journal révélait, mardi matin, des extraits alarmants d’un rapport rédigé par l’ingénieur sénior Claude Duplessis, embauché par la propriétaire d’un immeuble locatif situé à flanc de falaise dans la côte d’Abraham.  

Selon ce dernier, qui est intervenu pour sécuriser l’immeuble instable de Mme Dorys Chabot, les vibrations engendrées par le dynamitage du futur tunnel – qui doit relier la basse-ville et la haute-ville – présentent un «risque très élevé» pour quelques bâtiments aux fondations d’une autre époque et pour leurs occupants. 

Interrogé en point de presse, mardi, le maire a minimisé, sans pour autant amener des éléments concrets de réponse ou des résultats d’expertises internes qui contrediraient les expertises de Claude Duplessis, qui dit faire son «devoir d’ingénieur en géologie» en avertissant les autorités d’un danger potentiel. 

«On n'est pas fous à temps plein» 

«Ben oui, elle a payé l’ingénieur et lui, il a signé ça...qu’est-ce que tu veux que je te dise. On prend tout au sérieux mais il y a beaucoup d’inquiétudes inutiles souvent [...]. Regardez, on va aller les voir, il y aura toujours du monde qui vont crier à la catastrophe alors on s’occupe de ça, on va aller sécuriser ces gens-là, il n’y a pas de souci», a réagi le maire de Québec. 

«Que la dame ne s’en fasse pas, il n’y a rien qui va s’écrouler dans ce coin-là. Nos gens ont ça en main et ils vont faire le nécessaire pour la sécuriser. Si on pensait que c’était dangereux, on ne passerait pas par là, on n’est pas fous à temps plein», a ajouté M. Labeaume, précisant que les ingénieurs du bureau de projet «ont des réponses à tout et vont sécuriser la dame». 

L’opposition loin d’être convaincue  

Préoccupé lui aussi par les extraits du rapport de l’ingénieur Duplessis, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Jean-François Gosselin, dit ne pas avoir été rassuré jusqu’à présent par les réponses de la Ville de Québec dans ce dossier. 

«Ce n’est pas très rassurant et vraiment pas convaincant. C’est quand même un rapport d’ingénieur et ce sont des questions de sécurité qui sont très importantes. Pour une question majeure comme celle-là, ils sont incapables de démontrer qu’ils sont en pleine maîtrise de la situation. Il faut savoir que la Ville a fait des [forages pour étudier les sols] le long du tracé. S’ils ont des expertises, qu’ils les rendent publiques», a-t-il suggéré.