/news/coronavirus
Navigation

Virus: Moscou dénonce les tentatives américaines de «casser» l’OMS

Virus: Moscou dénonce les tentatives américaines de «casser» l’OMS
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MOSCOU | La Russie a dénoncé mardi des tentatives américaines de « casser » l’Organisation mondiale de la santé (OMS), que Washington accuse de complaisance envers la Chine sur le coronavirus et à qui elle menace de couper les fonds.  

• À lire aussi: Accord pour une évaluation indépendante de la réponse de l’OMS à la pandémie  

• À lire aussi: La Chine accuse Trump de «se soustraire à ses obligations» vis-à-vis de l’OMS  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie  

« Nous sommes contre une casse (de l’OMS), qui irait dans le sens des intérêts politiques ou géopolitiques d’un seul État, autrement dit les États-Unis », a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes. 

  • Écoutez l'entrevue du chroniqueur de politique américaine Luc Laliberté avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

« Oui, il y a des possibilités de l’améliorer, des appels à sa réforme, et nous abordons ces appels de manière responsable et constructive et sommes prêts, comme auparavant, à participer énergiquement aux travaux pertinents en ce sens », a ajouté M. Riabkov. 

Le responsable indiqué que Moscou s’opposait à une « politisation de tout ce qui est lié à l’épidémie de coronavirus » et à « l’affaiblissement de l’OMS et sa transformation en plateforme pour les règlements de comptes politiques ». 

Le président américain Donald Trump, qui accuse l’OMS d’être une « marionnette de la Chine », où la pandémie du nouveau coronavirus a débuté fin 2019, a donné un mois pour obtenir des résultats significatifs en terme de lutte contre la maladie, avec à défaut la menace de quitter cette organisation dont les États-Unis étaient traditionnellement le premier contributeur. 

Pékin a répliqué en accusant M. Trump, dont le pays est le plus endeuillé au monde avec plus de 90 000 morts, de chercher à « se soustraire à ses obligations » envers l’organisation. 

Malgré ces tensions, les 194 pays membres sont parvenus à un accord mardi pour une « évaluation indépendante » de la réponse de l’OMS à la pandémie, qui a fait plus de 318 000 morts dans le monde.