/qubradio
Navigation

François Gendron se souvient du référendum de 1980

Asemblee Nationale, parlement, Gendron
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Coup d'oeil sur cet article

Il y a 40 ans aujourd’hui, le Québec votait «non» au projet de souveraineté-association de René Lévesque.  

• À lire aussi: Contre la distanciation face à notre histoire  

• À lire aussi: Rien n’a changé, c’est toujours «le confort et l’indifférence»  

• À lire aussi: Les 40 ans du premier référendum: la nuit de la longue question  

L’ancien ministre péquiste François Gendron, qui détient le record de longévité à l’Assemblée nationale, était aux premières loges du premier référendum québécois.    

Si l’ancien président de l’Assemblée nationale, qui a siégé pendant 42 ans comme député, estime que Justin Trudeau «connaît mieux le Québec dans ses réalités» que son père, Pierre Elliott Trudeau, qui dirigeait le pays en 1980, il apporte un bémol: le multiculturalisme.    

«C’est le multiculturalisme qu’il [Justin Trudeau] a épousé de son père, et, ça, c’est le drame numéro un, parce que ça n’a pas de sens de penser qu’il y a des vertus, pour une nation, dans le multiculturalisme. C’est de nous donner un statut qui va toujours nous considérer comme si on était les immigrants qui arrivent», a affirmé M. Gendron, mercredi, en entrevue avec Benoit Dutrizac, sur QUB radio.     

Écoutez l’entrevue complète de François Gendron à Dutrizac, sur QUB radio:  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions