/sports/racing
Navigation

À nouveau fous du NASCAR

Plus de six millions de téléspectateurs ont regardé la course de dimanche

MOT-NAS-SPO-NASCAR-CUP-SERIES-TOYOTA-500
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La reprise des activités en Coupe NASCAR dimanche après-midi au circuit de Darlington a fait bondir, comme prévu, les cotes d’écoute au réseau de télé américain Fox. 

On estime qu’en moyenne, 6,3 millions de personnes ont visionné en direct cette première course après deux mois d’interruption en raison de la COVID-19. 

Une pointe de 6,81 millions a été atteinte à partir de 19 h 15 et jusqu’à la conclusion de la compétition qui s’est soldée par la 50e victoire de Kevin Harvick. Il est certain que la reprise des activités a ravivé cet intérêt. Reste maintenant à voir si NASCAR va maintenir ce niveau de popularité bien longtemps. 

Cette épreuve, comme toutes les autres prévues au calendrier provisoire élaboré jusqu’à la fin de juin, a été disputée à huis clos. Si on compare les résultats de l’épreuve précédente présentée le 8 mars à Phoenix, en Arizona, l’auditoire télévisuel a augmenté de 38 pour cent. 

Le Daytona 500, à titre de comparaison, attire en moyenne un peu plus de sept millions d’adeptes à la télé depuis quelques années.  

À part cette première étape de la saison et la plus regardée, trois ans se sont écoulés avant que NASCAR n’obtienne une aussi bonne réponse de la part de ses amateurs. À Atlanta, en 2017, on avait atteint un sommet de 6,6 millions de téléspectateurs. 

Doigt d’honneur 

Par ailleurs, disputée en soirée mercredi, la deuxième épreuve de la Coupe NASCAR également présentée à Darlington, en Caroline du Sud, et remportée par Denny Hamlin, a donné lieu à un accrochage controversé impliquant Kyle Busch et Chase Elliott lors de l’ultime relance. 

Elliott occupait le deuxième rang derrière Hamlin quand il a été percuté par Busch, le forçant à l’abandon. 

À sa sortie de voiture, le pilote de l’écurie Hendrick, visiblement furieux, a adressé un doigt d’honneur à son rival. 

Busch a avoué avoir eu un moment de distraction. Il n’a toutefois pas été pénalisé. 

« Il n’y a aucun doute que j’ai commis une erreur, a avoué Busch. J’ai mal jugé l’écart entre sa voiture et la mienne. Je connais Chase depuis longtemps et nos relations ont toujours été très bonnes. » 

Alan Gustafson, chef d’équipe d’Elliott, a travaillé avec Busch au sein de l’écurie Hendrick de 2005 à 2007. Les deux anciens partenaires se sont, semble-t-il, expliqués après la course. 

« Je compte beaucoup trop d’amis au sein de cette équipe et je n’ai jamais eu l’intention de mettre fin à sa course délibérément », a conclu Busch.  

Quand tous les coups sont permis 

Pour plusieurs observateurs, le pilote fautif, champion en titre de la série, ne méritait pas cette deuxième place à l’arrivée. Mais bon, les officiels ont souvent cette habitude de fermer les yeux sur ce genre de comportement pourtant inacceptable. 

Et pour Elliott, c’est pour ainsi dire le retour du balancier. 

Certains se rappelleront sa victoire acquise à Mosport, en Ontario, lors de la course inaugurale de la série des Camionnettes Camping World en 2013. 

Elliott cogne à la porte de Ty Dillon, meneur de la course avec un seul virage à franchir. Le pauvre Dillon termine son parcours dans le mur de protection et Elliott se sauve avec la victoire. 


► La prochaine étape de la Coupe NASCAR aura lieu ce dimanche soir à Charlotte, en Caroline du Nord, à l’occasion du Coca-Cola 600. Et, pour la première fois depuis la relance des activités dimanche, une séance de qualifications permettra de déterminer les 40 positions sur la grille de départ.