/finance/business
Navigation

COVID-19: Les entreprises de la Manicouagan ont souffert de la crise sanitaire

Coup d'oeil sur cet article

BAIE-COMEAU | Parmi la centaine d’entrepreneurs sondés par la Cellule d’action et d’aide aux entreprises de la Manicouagan, près du quart ont manqué de liquidité depuis le début du confinement et 90% ont connu des pertes de revenus importantes.

Moins de la moitié des entrepreneurs interrogés ont pu maintenir leurs activités pendant la crise.

Toutes ces difficultés ont poussé la Cellule d’action et d’aide aux entreprises de la Manicouagan à demander l’aide du gouvernement provincial.

«On l’a constaté dans notre sondage, c’est la perte de liquidité des entreprises à court terme qui permet de payer les frais fixes, mais aussi du coussin financier qui permet de pallier à des problématiques futures. Donc, si tu réduis ton coussin financier, comment tu fais par la suite si un problème arrive ou une deuxième vague arrive?» se questionne Myreille Lalancette, porte-parole de la Cellule d’action.

Pour Maude Drouin-Miller, propriétaire de la boutique Petite Fleur à Baie-Comeau, le confinement a été dur. Cette jeune mère de famille a un conjoint qui est également entrepreneur.

«Ce que j’ai trouvé le plus dur, c’est que j’ai eu l’impression de me retrouver tout d’un coup capitaine d’un bateau qui allait foncer vers une tempête. Il fallait que je sorte tout le monde du bateau et que j’aille ramer toute seule», a-t-elle raconté.

Sa boutique a rouvert il y a plus d’une semaine et elle doit maintenant prendre les bouchées doubles puisqu’elle n’a pas suffisamment d’employés pour fournir à la demande. À ce titre, la fête des Mères a été un bel exemple.

«Je travaillais la nuit pour finir les bouquets. Durant le dernier sprint de la fête des Mères, j’ai travaillé jour et nuit. Mais je suis contente de l’avoir fait car ça m’a permis de relever le défi financier avec lequel on a dû jongler au cours des deux derniers mois.»

La Cellule d’action demande aussi à Québec d'ouvrir progressivement les boutiques qui logent dans les centres commerciaux pour contrer la concurrence déloyale.