/lifestyle/books
Navigation

Dany Laferrière sort un troisième roman dessiné

Couverture du dernier roman dessiné de Dany Laferrière.
Courtoisie Couverture du dernier roman dessiné de Dany Laferrière.

Coup d'oeil sur cet article

L’écrivain Dany Laferrière sortira le 16 juin son troisième roman dessiné, L’exil vaut le voyage. Il y parle d’exil sans apitoiement, l’explorant à travers l’œuvre de plusieurs auteurs célèbres, à partir de séquences de sa propre vie, et à travers son propre établissement dans une nouvelle ville, Montréal.  

Dans ce troisième roman entièrement écrit à la main et dessiné par l’écrivain, il parle de New York sous le regard de la photographe Annie Leibovitz et du peintre Edward Hopper, des écrivains Truman Capote et Salinger. Il flâne dans les rues de Buenos Aires avec Borges, parle de la lettre écrite par le général haïtien Toussaint Louverture à Bonaparte, en 1802.   

L’exil vaut le voyage est le plus montréalais des romans dessinés par Dany Laferrière. Il raconte son arrivée dans la métropole en 1976, et le choc culturel, social et climatique qu’il a vécu. Il évoque ses boulots pénibles et la chambre «crasseuse et lumineuse» où il s’est logé. Il parle de la rue Saint-Denis et du carré Saint-Louis. De l’hiver. De ses débuts dans l’écriture.   

«Si j’ai fait ce livre (dans faire, il y a écrire et dessiner), c’est parce que j’en avais marre qu’on associe uniquement l’exil à une douleur», partage-t-il dans un communiqué.   

L’ouvrage de 408 pages, publié aux éditions du Boréal, sortira en librairie le 16 juin au Québec.