/finance/business
Navigation

Des terrasses sur la voie publique à Trois-Rivières et à Shawinigan?

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES – Les villes de Trois-Rivières et de Shawinigan serviront de projet pilote pour tout le Québec en installant des terrasses sur la voie publique. Il ne manque que le feu vert de la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJ) et de la santé publique. 

À la suite d'une demande faite il y a quelques semaines par les deux villes, la RACJ est loin d'être fermée à l'idée d'assouplir les règlements entourant les terrasses. 

«Nous sommes agréablement surpris de la réponse rapide qu'on a reçue de la part de la Régie des alcools. On se parle presque quotidiennement», a mentionné jeudi la directrice générale de Trois-Rivières Centre, Gena Déziel, en entrevue avec TVA Nouvelles. 

L'idée est d'utiliser des endroits publics comme la Place du marché à Shawinigan ou la rue des Forges à Trois-Rivières pour les transformer en terrasse géante. Les terrasses déjà existantes pourraient être allongées ou des tables libres pourraient y être installées. 

Si aucune date n'est encore fixée pour l'ouverture de ces terrasses, le président du Regroupement de gens d’affaires de Shawinigan, lui, est optimiste. «Moi je crois qu'autour de la mi-juin, ce serait faisable. Il ne reste que quelques formalités à envoyer et ça ne devrait pas prendre trop de temps», a expliqué Claude Villemure. 

Les restaurateurs sont prêts 

Pour certains, les plans des terrasses sont déjà faits. C'est le cas de la microbrasserie Trou du Diable où les tables sont déjà placées sur une feuille, toutes distancées les unes des autres. 

«On avance un peu à l'aveuglette étant donné qu'on ne connaît pas les consignes qui seront mises en place cet été, mais quand on va avoir le go, on va être prêts», a dit le directeur général de la microbrasserie, Mathieu Richard. 

M. Villemure croit également que ce projet est nécessaire à la survie de plusieurs restaurants. À Trois-Rivières, les places extérieures représentent jusqu'à 60 % des revenus annuels chez certains restaurateurs. Ces terrasses sur la voie publique leur permettraient de renflouer les coffres.