/news/transports
Navigation

Les travailleurs veulent plus de sécurité sur les chantiers routiers

Les travailleurs veulent plus de sécurité sur les chantiers routiers
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY - La reprise des chantiers routiers à l'ère de la COVID-19 ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des travailleurs selon la CSD Construction. 

Son président a visité le plus important chantier routier du Saguenay-Lac-Saint-Jean mercredi matin, celui du pont Dubuc, pour s'assurer que les mesures sanitaires mises en place sont sécuritaires. 

«On veut savoir ce que vivent les travailleurs pour changer les choses, s'il y a de quoi à changer», indique Carl Dufour, en tournée dans la province. 

Même s'il y aura moins de travailleurs cette année sur le pont Dubuc en raison des règles de distanciation sociale, la CSD Construction rappelle aux automobilistes qu'il est important de réduire leur vitesse. 

«Avec le déconfinement, le monde embarque sur les routes et ils ne sont plus habitués de voir des cônes oranges, explique M. Dufour. Mais cet été il va y en avoir partout dans la province des chantiers.» 

Il croit que le ministère des Transports devrait profiter de la crise actuelle pour revoir ses mesures de sécurité sur les chantiers routiers. 

L'organisation syndicale a déposé un mémoire au ministère dans lequel elle propose diverses solutions, dont l'installation de radar photos. 

«Personne n'aime ça les radars photos, nous les premiers on n'aime pas ça, mais c'est la meilleure façon d'inciter le monde à ralentir sur les chantiers», suggère Carl Dufour. 

Privilégier les murets de béton pour les chantiers de plus de 24 heures et appliquer des mesures différentes pour les chantiers actifs et ceux qui ne le sont pas, est aussi souhaité. 

«Oui c'est plus dispendieux pour les entreprises de mettre plus de sécurité, mais quel prix pour une vie, questionne le représentant de la CSD Construction au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Éric Tremblay. Moi je pense que ça n'a pas de prix.» 

Le syndicat espère obtenir une rencontre avec le ministère des Transports prochainement.