/news/transports
Navigation

Réfection intensive des rues à Lévis pour relancer l’économie locale

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Coup d'oeil sur cet article

Lévis a annoncé jeudi un vaste plan de 39,6 millions $ sur deux ans pour la réfection de ses rues dans le but avoué de relancer l’économie locale dans le contexte de crise sanitaire.  

C’est ce que Gilles Lehouillier a indiqué lors d’un point de presse webdiffusé. « Grâce à notre plan de relance de l’économie locale, nous soutenons les entreprises d’ici tout en répondant à une demande prioritaire de la population de Lévis, c’est-à-dire l’amélioration du réseau routier. En 2019, nous sommes intervenus sur près de 25 km et nous prévoyons mettre à neuf plus de 80 km de rues pour les deux prochaines années », a fait savoir le maire de Lévis.  

La municipalité assure qu’elle tiendra compte de l’indice de détérioration des rues pour le choix des travaux à prioriser sur l’ensemble du réseau municipal. Aussi, quelque 23 millions $ sur deux ans seront consacrés à la mise à niveau des réseaux d’aqueduc et d’égouts. 

Mesures en lien avec la COVID-19 

D’autres mesures ont été annoncées dans le cadre du déconfinement graduel des activités. D’abord, le congé d’intérêts pour le paiement des taxes municipales est désormais prolongé jusqu’au 1er octobre, alors qu’il devait initialement prendre fin le 31 mai.  

Aussi, les 40 terrains de tennis municipaux de Lévis seront « entièrement opérationnels » à partir de samedi. 

La collecte des déchets sera reprise hebdomadairement à partir du 1er juin à Lévis. La municipalité rappelle aussi que son écocentre est ouvert.   

Camps de jour 

Même si le gouvernement a officialisé l’ouverture des camps de jour à partir du 22 juin, plusieurs inconnues demeurent. Le ratio de moniteurs par enfant va passablement changer. On estime qu’il faudra dénicher deux fois plus de moniteurs qu’en situation normale. 

Le maire Lehouillier a qualifié l’organisation des camps de jour municipaux de véritable « défi », en assurant que son administration fait de son mieux pour se préparer à commencer cette activité fort populaire chez les enfants et chez leurs parents.  

Cela dit, les demandes d’inscription en cours ne seront « probablement pas » toutes satisfaites, a-t-il admis. « Je ne suis pas en mesure de vous dire qu’on va accepter tout le monde », a-t-il glissé du bout des lèvres.  

Concrètement, la Ville dit avoir vendu 4400 semaines de camps de jour pour l’été 2020. Quelque 3259 semaines sont toujours « en attente ». L’an dernier, Lévis avait vendu 9270 semaines, ce qui correspondait à environ 2300 jeunes inscrits.