/misc
Navigation

Retour au football pour un skieur alpin

Marc-Eugène Senécal fait une croix sur les pentes enneigées et rejoint les Carabins

Marc Eugène Sénécal
Photo courtoisie, Marc Eugène Sénécal Après avoir délaissé le football à l’âge de 15 ans pour se concentrer uniquement sur le ski alpin, pour lequel il a porté les couleurs de l’équipe du Québec, Marc-Eugène Senécal sera de retour au ballon ovale avec les Carabins à compter du mois d’août.

Coup d'oeil sur cet article

Membre de l’équipe du Québec de ski alpin en 2018 et 2019, Marc-Eugène Senécal a repris goût au football et il se joindra aux Carabins de l’Université de Montréal après une pause de cinq ans. 

La conciliation de deux sports est quand même fréquente, mais plutôt rare entre le ski alpin et le football. « À 15 ans, j’ai dû faire un choix parce que je ne pouvais plus faire les deux sports, raconte le gaillard de 6 pi 5 po et 250 livres, qui a débuté le ski alpin à l’âge de huit ans. C’est rare qu’un gros et grand bonhomme comme moi pratique le ski alpin, mais ce n’était pas un désavantage. Après deux ans avec l’équipe du Québec, j’ai pris une pause l’an dernier. Je n’aimais plus le ski autant que j’aurais voulu et je m’ennuyais du football. Si je ne faisais pas le changement maintenant, je l’aurais regretté toute ma vie. » 

Absent de la carte du football depuis cinq ans, Senécal et ses parents ont convenu de contacter quelques équipes universitaires afin de sonder leur intérêt pour un joueur dont le dernier match remontait à l’automne 2014 dans les rangs bantams.  

« J’ai envoyé un courriel aux entraîneurs de Montréal, Concordia et Sherbrooke en espérant qu’au moins l’un d’eux me rappelle, souligne-t-il. Ce fut une bonne surprise quand les trois ont démontré de l’intérêt. Le choix ne fut pas facile, mais Montréal mise sur une très bonne équipe, une bonne école de commerce [HEC] et je connaissais deux joueurs [Moustapha Fall et Louis Archambault] de l’époque des Grizzlis de Boucherville. Les entraîneurs ont été accueillants lors de ma visite à un entraînement en février. La perspective de voir du terrain plus rapidement ailleurs a aussi été un facteur, mais pas le plus important. » 

Parcours atypique 

Comment entrevoit-il sa première saison universitaire? « Je ne pense pas voir du terrain, mais je vais mettre tous les efforts pour y arriver, a-t-il mentionné. Ça va être un bon défi, mais je vais travailler très fort. Je vais vivre une année d’adaptation. C’est clair que ça va être complètement différent de ma dernière année en 2014. Je ne pense pas être rouillé tant que ça. Je ne crois pas en avoir tant perdu. Je me suis gardé en forme et j’ai suivi le football de près. » 

Utilisé comme secondeur dans les rangs civils, Senécal évoluera comme ailier défensif avec les Carabins, position qui se prête mieux à son physique. 

Si son parcours sportif est atypique, il en va de même pour son cheminement académique. « En ski, je ratais beaucoup d’école et le cégep n’était pas une option, a expliqué le gaillard de 20 ans. J’ai donc fait une 12e année au Lower Canada College à Montréal. Je peux ainsi entrer directement à l’Université, mais je devrai faire un an de plus. »