/sports/baseball
Navigation

Une question de temps pour la balle-molle

Une question de temps pour la balle-molle
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

Le soleil brille de ses chauds rayons et on commence à sentir l’odeur du gazon fraîchement coupé. Pendant ce temps, les joueurs et les joueuses de balle-molle du Québec doivent encore patienter, mais certains signaux pointent vers un retour prochain sur les terrains.

Évidemment, le Québécois Stéphane Drouin, de nature plutôt optimiste, prêche pour sa paroisse à titre de vice-président du conseil d’administration de Softball Québec. Véritable passionné, il fait toutefois partie de ceux qui ont été les plus impliqués dans les récentes conversations avec le gouvernement, Sports Québec et Softball Canada.

«Nous sommes encore dans l’incertitude, mais il y a des signaux intéressants qui me laissent croire qu’on pourrait faire partie de la prochaine vague, indique-t-il, lors d’une entrevue téléphonique. La question est de savoir quand sera cette prochaine vague.»

Les instances de la santé publique auront nécessairement le dernier mot, mais un projet préliminaire déposé la semaine dernière a été, aux dires de Drouin, «très bien accueilli». La fédération de Softball Québec s’est impliquée dans ce dossier, mais aussi Baseball Québec et Sports Québec.

«Hâte que ça commence»

Pour résumer, une série de mesures a été proposée afin que les sports de balle reprennent rapidement, quitte à changer quelques règles, dont le positionnement de l’arbitre principal qui pourrait se retrouver derrière le monticule, au niveau récréatif, et un peu plus loin derrière le marbre, au niveau compétitif.

Chez les membres, les joueurs et les entraîneurs se montrent d’ailleurs ouverts aux différents changements. On veut faire bouger jeunes et moins jeunes.

«Les gens ont hâte que ça commence, résume Drouin. Tout le monde est très positif et se concentre sur une chose principale: le retour au jeu. Notre travail chez Softball Québec, tant et aussi longtemps que le gouvernement ne dit pas que la saison est annulée, c’est de faire en sorte qu’on puisse mettre du monde sur le terrain.»

L’équipement dans le garage

De manière anecdotique, il y a un autre signe laissant croire que de bonnes nouvelles s’en viennent. Dans les derniers jours, Drouin a lui-même transféré du cabanon au garage le stock qu’il utilise, à titre d’entraîneur du club féminin de fastpitch de Montréal. Quand son épouse lui a demandé ce qu’il faisait là, il a répondu: «la saison s’en vient».

Une décision appuyée par les derniers pourparlers ou un simple vœu pieux? Les prochaines semaines le diront. Chose certaine, la saison de balle, s’il y a, n’en sera pas une ordinaire. Elle pourrait se poursuivre, selon les régions, jusqu’en septembre ou en octobre. Les tournois amenant à voyager seront aussi moins nombreux.

Championnats canadiens annulés

Softball Canada a justement annulé, mercredi soir, la tenue des différents championnats canadiens, recommandant par ailleurs que les activités reliées à ce sport au Canada soient suspendues minimalement jusqu’au 31 mai.

Stéphane Drouin aurait probablement pu attendre une semaine de plus avant de placer les seaux de balles et les filets d’entraînement dans le garage. C’est une question de temps. Mais combien de temps? Le doute plane.