/sports/hockey
Navigation

Enfin à la maison: Yannick Veilleux demeure avec le Rocket

Après une saison remplie d’incertitudes, Yannick Veilleux paraphe un contrat d’un an avec le Rocket de Laval

Yannick Veilleux
Photo courtoisie, L’Aréna du Rocket Inc. Yannick Veilleux célébrant un but avec son ancien coéquipier Michael McCarron.

Coup d'oeil sur cet article

En septembre 2019, Yannick Veilleux partait pour Kalamazoo, au Michigan. Il y poursuivait sa carrière professionnelle avec les Wings, une équipe de la ECHL. À première vue, ça ressemble à la routine d’un hockeyeur.

Veilleux avait le cœur gros en se dirigeant vers cette ville située à deux heures à l’ouest de Detroit. L’ancien choix de 4e tour des Blues de St. Louis en 2011 laissait derrière lui sa conjointe Laurie et son petit garçon âgé de moins d’un an à cette époque, Logan. 

Un mois avant son départ, Veilleux avait vécu un autre stress, celui de l’incendie de sa maison à Laval. 

« De septembre jusqu’au 20 décembre, j’étais loin de mon petit garçon et de ma blonde. J’ai donc passé près de quatre mois sans voir Logan. »

« J’ai trouvé ça difficile, a raconté Veilleux au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Journal, jeudi. Je lui parlais par vidéo sur internet, mais ce n’est pas comme le voir en vrai. Je trouvais aussi que ma blonde en avait beaucoup sur les bras. Elle se retrouvait seule avec notre bébé, elle tentait de travailler les fins de semaine et elle devait s’occuper des papiers pour les assurances de l’incendie de notre maison. J’ai choisi de partir loin de la maison, mais c’était dans le but de décrocher un meilleur contrat après ça. Nous faisions un sacrifice familial. Nous avions pris cette décision à deux. Ce n’était pas facile, mais nous avons gagné notre pari. »

L’influence de Bouchard

Veilleux a finalement joué 22 matchs pour les Wings de Kalamazoo, obtenant 19 points (6 buts, 13 passes). C’était assez pour piquer la curiosité du Rocket de Laval, qui lui a offert un essai professionnel. Le 20 décembre, il portait l’uniforme du Rocket pour la première fois cette saison. À son premier match, il a marqué contre les Comets de Utica. Il a touché la cible à ses trois premières rencontres à son retour dans la Ligue américaine. C’était le début d’une belle histoire. Avant l’annulation de la saison dans la LAH, il a récolté 20 points (12 buts, 8 passes) en 26 matchs avec le Rocket.

« Pour les statistiques, je peux dire que j’ai joué le meilleur hockey depuis mes débuts chez les professionnels, a dit Veilleux. J’ai obtenu une réelle chance avec le Rocket, je jouais un rôle important avec du temps de jeu en supériorité numérique. Ç’a cliqué rapidement avec Joël [Bouchard]. Il a comme mentalité de donner la chance au coureur. C’est juste ça que je voulais.

Hésitation

« Au départ, j’ai hésité avant de me joindre au Rocket. J’avais déjà joué à Laval dans le passé [2017-2018] et je n’avais jamais obtenu une bonne chance. Joël a su me convaincre. Il avait une philosophie assez simple en me disant que si je pouvais lui en donner, il m’en donnerait aussi. Je regardais aussi des options en Europe. J’avais parlé aux équipes de Düsseldorf et de Krefeld en Allemagne [DEL]. Mais j’ai choisi de rester en Amérique du Nord. Je voulais me donner une autre chance. »

Cette chance, elle se poursuivra pour une autre saison avec le Rocket. Âgé de 27 ans, Veilleux a paraphé un contrat d’une saison avec l’équipe-école du CH. Il s’agit d’une entente à un seul volet de la Ligue américaine. 

Papa pour la deuxième fois

« Je suis très content du contrat. Je resterai à la maison. Juste ça, c’est une bonne nouvelle avec tout ce qui se passe dans le monde avec la pandémie de la COVID-19. Je trouve ça très rassurant pour ma famille et moi.

« Je deviendrai également papa pour la deuxième fois en octobre, et cette fois, je resterai près de la maison avec mes enfants en jouant à Laval. Au cours des prochaines semaines, je pourrai aussi surveiller les travaux pour la construction de notre maison. Nous nous rebâtissons sur le même terrain. »

Après l’incendie de sa maison et l’éloignement familial, Veilleux recommencera à respirer un peu. Et même chose pour sa copine, Laurie.