/lifestyle/columnists
Navigation

Commentaire d’un autre désillusionné

Coup d'oeil sur cet article

Je suis du genre à regarder les valeurs humaines d’une personne, avant de m’attarder au vêtement qu’elle porte. C’est pourquoi j’adhère aux propos du « Désillusionné qui ne se reconnaît plus au Québec » quand il affirme que, la peur de la différence a pris le pas sur le jugement du monde avec la Loi 21 sur la laïcité.

Comme lui, je n’en veux à personne de pratiquer sa religion en appliquant certains principes austères, comme nous-mêmes autrefois dans la pratique de notre religion catholique. Comme lui aussi avec cette loi, j’affirme qu’on ostracise des gens qui ne sont ni des extrémistes ni des fondamentalistes.

Depuis belle lurette nos institutions sont laïques. Les vêtements de ces personnes n’ont donc pas à l’être. La musulmane pieuse de type voilé ne sera pas plus corruptrice de la jeunesse que tous ces curés et bonnes sœurs de notre enfance qui n’ont vraiment pas réussi à nous embrigader. Vous voudriez que cette musulmane pieuse ne le soit que tant d’heures par jour ?

Et votre réponse du type « Ici c’est comme ça que ça se passe » est franchement décourageante. La propagation du coronavirus se moque des frontières, et de même son élimination résultera d’un effort global. Après avoir fait la preuve de leur inutilité, j’aimerais que le virus emporte dans sa tombe toutes ces idioties identitaires. Même si ce n’est pas le cas aujourd’hui, c’est toujours un plaisir de vous lire chaque jour.

GC

Vous devriez relire ce qu’on a déterré ces dernières années sur ce que les religieux ont fait subir aux gens des premières nations, sans parler de tous les enseignants religieux qui abusaient des enfants dans les collèges et les pensionnats de jadis pour voir que vous errez totalement. Certes les religieux et religieuses ont fait beaucoup pour faire évoluer la société québécoise, mais certains ont fait aussi beaucoup de mal, ne serait-ce que par l’emprise du clergé sur le peuple. Ce n’est pas pour rien qu’on a laïcisé le milieu de l’enseignement et les institutions publiques. Et quiconque vient s’établir ici doit, selon moi, s’y conformer.

Quant aux grandes valeurs de la mondialisation versus la diabolisation des valeurs identitaires que vous prônez, je vous signale que le contraire risque de se produire après la crise. N’oubliez jamais que c’est l’absence de frontières et la capacité sans limites des gens de se déplacer d’un bout à l’autre de la planète qui est à l’origine de la propagation de la COVID-19.