/news/currentevents
Navigation

Incendie majeur: une aide pour les sinistrés de Roberval

Coup d'oeil sur cet article

ROBERVAL | La Ville de Roberval ne laissera pas tomber les sinistrés affectés par l’incendie majeur de jeudi. 

Au lendemain de l’incendie qui a rasée ou endommagée 16 résidences, la municipalité a déployé son plan des mesures d’urgence. Le maire Sabin Côté a demandé vendredi aux familles touchées de communiquer avec la Ville afin d’exprimer leurs besoins. Certaines d’entre elles ont tout perdu et il veut s’assurer que personne ne reste à la rue ou manque de quoi que ce soit au cours des prochains jours. 

Roberval coordonnera un soutien en collaboration avec la Croix-Rouge et la Société Saint-Vincent-de-Paul. La possibilité de recueillir les dons de la population au centre sportif Benoit-Lévesque n’est pas écartée. 

La cause du feu fait toujours l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec. Des versions contradictoires avaient d’abord émergé sur le début du feu. 

Le premier magistrat a indiqué que les flammes avaient débuté à l’extérieur, entre deux résidences. Du même souffle, le maire a rappelé qu’il était possible de récupérer les matières résiduelles et de suivre les consignes d’interdiction de feux à ciel ouvert sans équipement adéquat. Il a évité de lier l’origine des flammes à ces conseils précis. 

L’épaisse colonne de fumée a attiré l’attention d‘une foule de curieux, jeudi. Le directeur du Service des incendies de Roberval, Guy Mailhot, a été étonné du nombre de personnes qui sont accourues sur place pour voir le brasier. 

«Si la population veut aider, laissez-nous de la place», a déclaré le chef des pompiers. Il a félicité la Sûreté du Québec qui a permis aux 40 sapeurs d’avoir l’espace suffisant pour travailler et circuler afin de combattre l’élément destructeur. 

Le maire Côté est resté perplexe face à l’ampleur de l’attroupement populaire qu’a suscité cet incendie en pleine période de pandémie et de distanciation sociale. Il conseille aux citoyens de ne pas se rendre sur place s’ils n’ont pas à intervenir.