/sports/hockey/canadiens
Navigation

Séries éliminatoires: miracle ou cadeau empoisonné?

Le Canadien affronterait les Penguins dans une série trois de cinq

Penguins c. Canadiens
Photo d’archives, Martin Chevalier Shea Weber et Carey Price affronteront vraisemblablement Evgeni Malkin et ses coéquipiers des Penguins... cet été.

Coup d'oeil sur cet article

Marc Bergevin avait déjà fait une croix sur une participation aux séries éliminatoires. En février, le directeur général du Canadien a échangé le défenseur Marco Scandella ainsi que les attaquants Ilya Kovalchuk, Nate Thompson et Nick Cousins pour regarnir encore plus sa banque de choix au repêchage. 

• À lire aussi: Partisans du CH, êtes-vous contents?

• À lire aussi: Question sans réponse

• À lire aussi: Le Canadien en séries!

En date du 12 mars, à l’interruption des activités dans la LNH en raison de la pandémie de la COVID-19, le CH se retrouvait au 12e rang dans l’Association de l’Est avec 71 points en 71 matchs. Ils étaient à 10 points des Blue Jackets de Columbus, qui détenaient la huitième et dernière place donnant accès au bal du printemps. Et les Jackets avaient joué un match de moins. 

Les séries représentaient donc une illusion pour le Tricolore. Selon le site Hockey-reference, qui calcule les probabilités mathématiques pour une présence en séries, le Tricolore avait 0,1 % de chance d’y arriver. 

Mais Geoff Molson, Bergevin et les autres dirigeants de l’équipe viennent de recevoir un cadeau du ciel. Ils n’ont même pas eu à sortir une baguette magique. Ils ont simplement eu besoin du plan de relance de Gary Bettman et des gouverneurs de la LNH pour terminer la saison 2019-2020 avec une formule de 24 équipes en séries. Ce plan devrait d’ailleurs recevoir la bénédiction de l’Association des joueurs de la LNH après un vote tenu vendredi par les représentants des 31 équipes. 

Price contre Crosby 

Shea Weber, le capitaine du CH, a décrit ce coup du sort avec beaucoup d’honnêteté lors d’une entrevue accordée à une station de radio de Vancouver, TSN 1040. 

« Je ne mentirai pas, ça aurait vraiment été toute une tâche d’atteindre les séries, a dit le défenseur. Dans le contexte actuel, c’est bien d’inclure les équipes qui étaient dans la course aux séries. À partir de ce moment, ce sera à nous d’en profiter. Il n’y a plus d’élan, toutes les équipes partent sur un pied d’égalité. Nous avons un gardien qui peut nous faire gagner des matchs et nous mener loin. Il y a toujours des surprises tous les ans lors des séries. C’est à nous d’en profiter et d’en faire nos séries. » 

Selon la formule envisagée, le CH affronterait les Penguins de Pittsburgh lors d’une série trois de cinq. Le gagnant de ce duel obtiendrait ensuite son billet pour le traditionnel tournoi des séries avec 16 équipes qualifiées. 

Au classement, les Penguins devançaient la bande à Claude Julien par plusieurs kilomètres avec 86 points en 69 matchs. C’est 15 points de plus et deux matchs de moins. Malgré ce fossé entre les deux équipes, Sidney Croby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang auront besoin de trois victoires contre le Tricolore pour poursuivre l’aventure en séries. 

Les gros marchés 

Bettman et les dirigeants de la LNH n’oseront probablement pas le dire, mais les propriétaires profiteront de la présence d’un gros marché comme Montréal « en séries » pour vendre leur produit. Par un drôle de hasard, le 12e rang dans l’Association de l’Ouest appartenait à un autre marché important pour la LNH, celui des Blackhawks de Chicago. 

Les Rangers de New York, 11es dans l’Est selon la formule de points par matchs joués, aideront aussi à la visibilité de cette fin de saison avec 24 équipes. 

Et le repêchage ? 

Quand un DG place une pancarte à vendre avant la date limite des transactions, c’est pour se concentrer sur le prochain repêchage et non les séries. Pour l’encan de 2020, dont la date n’est pas connue, le Canadien a actuellement 14 choix. 

Incertitude au sujet du repêchage 

Bergevin priait probablement pour gagner la loterie pour Alexis Lafrenière, le jeune prodige de l’Océanic de Rimouski. Selon la formule habituelle pour la loterie du repêchage, le Canadien avait 6 % des chances d’obtenir le premier choix et 19 % des chances de remporter l’une des trois loteries, donc un des trois premiers choix. 

Avec le 24e rang au classement général, le Canadien aurait parlé au 8e rang, si l’équipe ne gagnait pas l’une des trois loteries. Dans le pire des scénarios, le CH aurait obtenu le 11e choix, dans le très rare cas où trois équipes mieux classées remportaient les trois piges. 

Bergevin et Trevor Timmins poseront fort probablement des questions aux dirigeants de la LNH. Advenant un gain contre les Penguins dans cette série trois de cinq, il est d’intérêt de se questionner sur le futur choix de premier tour. Est-ce que le CH verrait son choix de premier tour devenir le 16e choix au total ? 

Et si le CH devait causer une autre surprise au tour suivant, est-ce que le choix reculerait encore ?