/opinion/blogs/columnists
Navigation

Tassez-vous les vieux!

Coup d'oeil sur cet article

Notre mairesse de Montréal est aux anges.

Voilà que la COVID vient de donner une superbe occasion à Valérie Plante et à son parti de poursuivre leur projet d’éliminer la voiture et de rendre piétonnières les rues commerçantes de Montréal. Comme par hasard, de savantes études démontrant que les commerces sont plus rentables sur les rues réservées aux cyclistes et aux piétons viennent appuyer leurs politiques... Tiens donc!

Notre mairesse partie pour la gloire, s’apprête à fermer des rues aux automobilistes et à rétrécir encore davantage celles qui avaient déjà subi une cure minceur. A L’hôtel de ville et chez les maires d’arrondissements on est bien fiers d’affirmer que cette opération a pour but de favoriser la distanciation sociale au temps de la COVID. Les mesures de distanciations ont le dos large.

Plusieurs secteurs de Montréal seront réaménagés, dont celui de la Petite Italie. Allez dehors les automobilistes parias! Dehors les vieux que le virus n’a pas encore décimés!

À croire que la population québécoise ne se compose que de trentenaires marathoniens, lisses et végans. Tant pis pour les vieux qui ne pédalent pas et qui ne peuvent pas marcher des kilomètres avec leurs paquets, qu’ils débarrassent!

Le marché Jean-Talon crève la misère depuis que Projet Montréal lui a assené le coup de grâce mais n’ayons crainte, il va renaitre de ses cendres grâce aux piétons et aux cyclistes.

Comme si les commerces de Montréal ne souffraient pas déjà suffisamment de ces deux mois de confinement. Quand on pense que des institutions se placent sous la protection de la loi sur la faillite.

Quant aux commerçants qui n’en sont pas encore là, ils savent qu’ils sont à quelques jours de perdre leur chemise. Selon le parti de la mairesse Plante, ils se réjouissent de ces aménagements que l’on dit provisoires. Permettez-nous d’en douter. On imite les grandes villes d’Europe où la circulation automobile est largement plus dense qu’à Montréal qui fait figure de bourgade. On oublie au passage que ces villes ont une offre de transport en commun autrement plus importante que la nôtre.

Ce qui ressort de ces décisions, c’est que Mme Plante et ses supporteurs font totalement abstraction des aînés. Sont-ils au courant que le pourcentage de gens de plus de 65 ans devrait doubler dans les années à venir?

Et que dire des grands oubliés que sont les gens à mobilité réduite. On dirait qu’ils n’existent pas, tant nos élus municipaux les occultent complètement.