/news/society
Navigation

Apprendre à devenir maraîcher

Coup d'oeil sur cet article

Après deux ans de pause et une restructuration, la Cité Agricole de Saint-Augustin-de-Desmaures accueille à nouveau des apprentis maraîchers.   

• À lire aussi: Pas pour tous, le métier de travailleur agricole

• À lire aussi: Moins de Québécois seront finalement nécessaires dans les champs cet été

• À lire aussi: COVID-19 : le secteur agroalimentaire québécois réclame un programme d’aide spécifique

Parmi la vingtaine de personnes à y être inscrit, Sophie Pomerleau parle d’un «beau gros défi».   

«Juste d’être ici, de sentir le vent, de voir la nature qui se réveille tous les jours, c’est vraiment agréable, résume celle qui habite au centre-ville depuis nombreuses années. J’ai un manque au niveau de la terre, de toucher la terre.»   

L’engouement envers ce projet incubateur satisfait le directeur général Julien Paris-Roy.   

«On a beaucoup de nouveaux qui sont assez néophytes au niveau de l’agriculture, c’est pour ça qu’on a engagé une agronome pour leur donner la formation», explique-t-il.   

L’objectif? Faire en sorte que les participants puissent recréer leur expérience à leur retour à la maison.   

Le fondateur de la Cité Agricole, Frédéric Rochon, s’est entouré de quatre nouveaux partenaires issus de différents milieux dont la restauration et l’événementiel pour relancer ses activités.   

«C’est un petit peu comme si une page venait de se tourner. Là ce que je vois, c’est que là il y a une nouvelle page à écrire», raconte M. Rochon.   

Sauf que la pandémie de COVID aura légèrement changé les plans de la ferme.   

«Les investissements qu’on faisait au niveau de la salle de réception, on va les transformer plus avec des serres cette année pour être capable d’être autonome à longueur d’année», indique Julien Paradis-Roy.   

La Cité Agricole a aussi lancé cette année un panier de légumes biologiques et écoresponsables.   

Néanmoins, l’administration a l’intention d’ouvrir ses portes au public à la fin juin. Les familles pourront profiter de la mini-ferme pour admirer les animaux. Une expérience qui sera aussi éducative pour les tout-petits, espère le directeur général.