/opinion/columnists
Navigation

Ça ne va pas si mal que ça

Rear view of a student or teacher with long brunette hair writing on a blank green blackboard or chalkboard with copyspace
Photo Adobe Stock « On s’est aperçu pendant cette crise que les enseignants faisaient un travail vraiment important dans nos vies. »

Coup d'oeil sur cet article

«Ça va bien aller», c’était peut-être un peu trop jovialiste. Plusieurs se sont rapidement mis à dire que ça irait plus mal avant d’aller mieux ou que ça serait de la m****, mais qu’on allait s’en sortir quand même. 

• À lire aussi: Super profs de la pandémie: des perles rares

«Ça», c’est le confinement et tout ce à quoi on renonce pour éviter que la pandémie ne s’étende : la vie sociale, la présence des collègues, les visites au gym, les poignées de main et les grosses colles, ainsi que la tranquillité d’esprit. En se confinant, à la mi-mars, on savait que ce serait difficile. 

Après plus de deux mois et alors qu’on recommence à ouvrir les fenêtres, ça peut être bon de voir ce qui a bien été, à travers tout ça. Sans ne parler que des directives de santé publique qu’on a de la misère à suivre, des gens qui n’ont pas attendu le déconfinement pour se rassembler et de la fatigue qu’ont plusieurs parents de faire l’école à la maison tout en travaillant. 

Et parmi les choses qui se sont bien passées et qui ont de quoi nous donner tant de l’espoir que de la fierté, il y a l’effort de plus offert par plusieurs personnes qui travaillent pour nous. 

Apprendre en tout temps 

On a beaucoup parlé des travail-leurs de la santé et de ceux du commerce au détail, notamment, mais aujourd’hui, parlons des profs. Le Journal leur consacre un dossier, à ces héros de l’ombre qui n’ont jamais lâché leurs élèves. 

On a voulu voir les enseignants comme des plaignards qui auraient souhaité être payés à ne rien faire et la FAE a travaillé fort pour nous en convaincre, mais en vérité, combien sont-ils à en avoir fait plus que jamais? 

Sans le crier sur tous les toits, les éducateurs n’ont pas cessé d’appeler leurs jeunes et de déployer des trouvailles d’inventivité pour continuer à les stimuler. En misant sur les technologies de l’information, ils leur ont donné accès au savoir, les ont soutenus dans une période dont on oublie trop souvent qu’elle est très difficile pour eux également. 

Surtout, ils leur ont donné un enseignement qui vaut pour toute une vie : apprendre, ça ne se fait pas que dans une classe et c’est quelque chose qu’il faut viser de faire en tout temps, en tout lieu et à tout âge. 

Importants dans nos vies 

Une autre chose qu’on n’a pas assez dite, c’est que c’est exigeant pour les parents, tout ça. Encadrer les petits lorsqu’on n’a pas la formation pour le faire, coordonner les rencontres pédagogiques en ligne pour plusieurs enfants quand on n’a qu’un ordinateur, être seuls à les motiver et à les pousser, ça tire du jus, surtout si c’est en plus du boulot. 

En fait, on s’est aperçu pendant cette crise que les enseignants faisaient un travail vraiment important dans nos vies. 

Pas étonnant que, dans les établissements qui ont rouvert, les élèves étaient si contents de revoir leurs éducateurs, qui, eux, se sont retournés sur un dix cents pour les accueillir de façon sécuritaire. 

C’est vrai que c’est difficile, ce qu’on vit, mais quand on prend le temps de s’y arrêter, on se rend compte qu’il y a plein de choses qui vont bien et c’est notamment grâce à nos profs.