/opinion/columnists
Navigation

J’ai mal à ma droite (2)

FILES-US-HEALTH-VIRUS
Photo AFP La droite doit s’appuyer sur des valeurs simples et solides, pas des chimères.

Coup d'oeil sur cet article

J’ai utilisé le même titre il y a trois ans. La droite politique et économique en Amérique du Nord connaît des ennuis qui s’étirent. Les valeurs simples et fondamentales de responsabilité, de travail et de liberté, qui sont des fondements de cette pensée depuis des siècles, sont bousculées par de sérieux dérapages. 

Je ne cacherai pas que ce qui nous arrive en provenance des États-Unis se trouve au cœur du problème.  

Les républicains ont représenté la droite américaine jusqu’à Donald Trump. Or, le Parti républicain n’existe plus vraiment. Il s’est soumis à Trump.  

Ceux qui réfléchissent aux questions économiques et aux politiques de droite de demain se sont mis en veilleuse en attendant. Je pourrais même dire que certains se sont cachés. 

Le phénomène Trump 

Donald Trump n’est pas un leader de droite. C’est un narcissique allergique à la vie démocratique.  

Il pige certaines idées dans la droite économique, mais il est protectionniste comme les anciens syndicalistes. 

Il est surtout un spécialiste du détournement du débat.  

Lorsque ça va mal à gauche, il allume un incendie à droite. Il profite clairement d’une guerre qu’il a gagnée contre des médias pour jouer la distraction à plein.  

Sa politique se résume à un mélange de populisme vide, de showbiz et de bravades. 

Tantôt il va alimenter des théories sordides, tantôt il va suggérer d’ingérer des désinfectants, tantôt il va annoncer qu’il consomme un médicament, pour des raisons idéologiques.  

Malgré mon penchant naturel proaméricain et mon admiration des leaders en général, celui-ci est une honte pour son pays autant que pour l’action politique. 

Son influence demeure énorme jusque chez nous. Il a redéfini les balises de ce que serait une personne politiquement à droite dans la société d’aujourd’hui, et pas pour le mieux. 

La liberté fait partie des valeurs de droite.  

J’ai toujours cru qu’on visait à éviter les monopoles pour laisser plus de liberté de choix aux gens. Qu’il fallait encourager la liberté d’entreprendre et la liberté de commerce pour favoriser la prospérité.  

Or en 2020, il y a des jours où la liberté la plus importante semble être celle de se promener avec une arme de guerre. 

Moment charnière 

La responsabilité financière, la gestion rigoureuse de l’argent des contribuables, il y a des jours où ces concepts ne semblent plus intéresser tant de monde.  

Trop de gens qui se pensent à droite ont leur attention détournée par des épouvantails à la Trump. 

La crise causée par la COVID-19 va laisser l’économie dans un état pitoyable.  

Les finances des gouvernements seront encore pires. La reprise économique ne pourra pas passer seulement par des fonds publics. Les dettes des gouvernements pèseront pour longtemps. 

Il me semble que nous aurons besoin plus que jamais de propositions politiques solides sur la relance économique et sur la gestion responsable de l’État. Des alternatives crédibles plus à droite auront leur place. 

Une occasion de vacciner la droite contre les distractions.